L’éolien est devenu un des piliers fondamentaux de la production d’énergie verte sur la planète. Trois fois moins chère que le photovoltaïque, il présente également la particularité de fonctionner avec une ressource gratuite : le vent. Une vraie opportunité de croissance pour les entreprises françaises.

La France présente de belles perspectives dans ce domaine avec une opinion publique globalement ouverte aux nouveaux projets. 73% des Français y sont favorables d’après une étude d’Harris Interactive de 2018, même si certains deviennent parfois plus réticents, dès qu’un parc est annoncé à proximité de leur lieu de résidence.

Un contexte législatif favorable

Dans notre pays, la loi de la transition énergétique pour la croissance verte a prévu de porter à 32% la part des énergies renouvelables d’ici 2030 dont 20% en provenance de l’éolien (contre 4% en 2016). L’État assure un tarif de rachat garanti supérieur au prix du marché pour faciliter les investissements pour toute la durée du programme.

Une croissance qui perdure

1 552 MW d’énergie éolienne ont été raccordés en 2018, portant à 15 309 MW la puissance totale raccordée fin 2018. Cette croissance continue permet à la filière d’être en phase avec les objectifs fixés. La France compte ainsi 1 380 parcs, soit 7 950 éoliennes réparties sur le territoire. Plus de 1000 entreprises françaises se partagent ce marché en plein essor, derrière les deux leaders EDF Energies Nouvelles et Engie. Les tarifs qu’elles proposent dans les appels d’offres (moins de 50Ä/MWh pour l’éolien offshore et 63Ä/MWh pour l’éolien terrestre) démontrent la maturité et la pertinence de l’énergie éolienne en France.

Un levier de création d’emplois

Grâce à l’édition 2019 de l’Observatoire de l’éolien, édité par France Energie Eolienne en association avec Capgemini Invent, on sait aujourd’hui qu’avec un total de 18 200 salariés, l’éolien est le premier employeur « énergies renouvelables » en France et qu’il s’impose donc comme un levier de création d’emplois durables dans les territoires. Sans oublier que les installations éoliennes sont également une source pérenne et nouvelle de retombées financières pour les collectivités. Pas étonnant que de nombreux groupes, mais aussi des start-ups et des plateformes de financement participatif se lancent à la vitesse grand V sur ce secteur plus porteur que jamais, et que des groupements européens se constituent pour gagner ensemble les nouveaux appels d’offres.

J.B.


La France bien placée

Si l’Europe est le premier continent à avoir exploité cette ressource, elle se positionne aujourd’hui en deuxième position après l’Asie en matière de croissance. Parmi les pays leaders en Europe, on peut citer l’Allemagne (50 GW), l’Espagne (23 GW), le Royaume-Uni (15 GW) et la France (12 GW), toujours en 4e position.Vent en poupe

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici