Le chef étoilé Georges Blanc, figure de la Bresse.

La Bresse est surtout connue pour ses volailles qui restent ses meilleures ambassadrices dans le monde entier. Mais dans ce beau terroir à la fois bourguignon, savoyard et jurassien, ce sont surtout des entrepreneurs qui se développent avec succès.

Dans un premier temps, situons cette région qui ne correspond pas à des frontières administratives. Et pour cause, elle comprend la Bresse bourguignonne, la Bresse savoyarde, et la Bresse jurassienne, en empiétant sur les départements de la Saône-et-Loire, de l’Ain et du Jura. Un territoire bien situé géographiquement en termes logistiques au nord de la Bourgogne, proche de plusieurs autoroutes, et qui a su garder un terrain économique actif, en particulier en agroalimentaire, mais aussi dans le secteur de la sous-traitance mécanique et du bois entre autres.

L’incroyable Georges Blanc

Il est absolument impossible de parler de Bresse sans penser et évoquer Georges Blanc et sa formidable réussite, conséquence de son talent de chef et de son sens des affaires. L’homme était quasiment génétiquement programmé pour la cuisine avec la célèbre mère Blanc, sa grand-mère, puis sa mère, des femmes renommées dans toute la région et bien au-delà. On aurait rêvé être sur les porte-avions Foch et Clémenceau lorsque le jeune Georges Blanc faisait son service militaire dans les cuisines.

3e au concours des meilleurs sommeliers de France, finaliste MOF, troisième étoile et Cuisinier de l’année en 1981, ce ne sont que quelques-unes des récompenses glanées au fil de son existence. Le charmant petit village de Vonnas n’existerait peut-être plus sur la carte sans lui et sa fameuse sortie d’autoroute. C’est la particularité des grands, peu importe où ils s’installent, le public suit quoi qu’il arrive. L’aventure continue aujourd’hui avec ses fils, Frédéric et Alexandre. Le premier est semble-t-il le gestionnaire, le second a quant à lui la fibre culinaire dans son ADN.

Martin-Belaysoud Expansion

A partir de son siège à Bourg-en-Bresse, l’entreprise familiale a connu une belle croissance depuis la quincaillerie créée en 1829. Patrick Martin, son président, peut être satisfait du chemin parcouru. L’entreprise est spécialisée dans la distribution professionnelle des secteurs du bâtiment de l’industrie. L’offre s’organise autour de six enseignes et le groupe réalise aujourd’hui 770 millions d’euros de chiffre d’affaires, emploie 2475 personnes et détient une enseigne slovaque. Avec sa croissance forte et continue ces dernières années, Martin-Beylasoud Expansion a réussi à rester indépendant et familial.

Biscuits Bouvard

En 1902, Firmin Bouvard ouvre sa pâtisserie à Bourg-en-Bresse qui devient rapidement Biscuits Bouvard. L’entreprise croit jusqu’à prendre une décision stratégique comme beaucoup d’autres à cette époque : entrer en grande distribution dans les années 70. Un fort développement s’ensuit. C’est en 1990 que l’entreprise bressane est reprise par Alain Lainé. C’est lui qui va permettre un fort développement grâce notamment à une politique de croissance externe, avec une suite de rachats en France d’abord, puis en Italie, en Belgique et ailleurs. Le développement de ces trente dernières années permet aujourd’hui à la biscuiterie de voir l’avenir de façon optimiste, même si l’entreprise familiale est face à des géants internationaux.

Laiterie de Bresse « La Bressane »

Ce fabricant de produit ultra-frais n’a pas besoin de préciser son origine, son nom fait effet d’annonce, et ce, depuis 1939 en ce qui concerne la marque La Bressane. Son cœur de spécialité est la faisselle, les fromages blancs et la crème de Bresse, qu’elle commercialise sur la région et en marque privée pour la grande distribution. C’est un rassemblement de coopératives qui donne lieu à la naissance de la laiterie de Bresse. En 2005, la Bressane, ancienne petite beurrerie sise à Varennes Saint Sauveur et la Laiterie de Bresse lient leur destin. Aujourd’hui l’enseigne rassemble trois laiteries, les seules habilitées à fabriquer la crème de Bresse AOP et le Beurre de Bresse AOP. Un savoir-faire traditionnel qui mérite d’être sauvegardé, et trouve son public, de plus en plus amateur de produits ayant une belle personnalité régionale.

Quenelles Giraudet

Autre Entreprise du Patrimoine Vivant, Giraudet va fêter ses 111 ans. Sa spécialité est la quenelle moulée à la cuillère, un geste ancestral dans la droite ligne de la fidélité à la gastronomie du terroir. Au-delà des quenelles, ce sont aussi aujourd’hui des ravioles, des sauces et soupes fraîches qui constituent l’offre globale de l’entreprise. Les produits sont toujours confectionnés dans les ateliers de Bourg-en-Bresse. L’entreprise est une vénérable institution dans la région, elle a su garder ses particularités, se lançant même dans le biologique et la création de boutiques à sa marque.

Henri Giraudet, le créateur, doit être satisfait de la longévité de son entreprise, qui a fait partie des Sirops Teisseire de 1997 à 2003 avant de reprendre son indépendance sous la houlette de Dominique Reynaud. Cet ancien président de l’entreprise familiale Teisseire préside aux destinées de Giraudet depuis 2012.

A.F.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

4 × 4 =