De la vigne à la truffe, il n’y a qu’un pas que le multi- entrepreneur Henri Parent a décidé de franchir, en relançant le Domaine truffier du Grand Merlhiot sur 55 hectares dédiés dans le Périgord pour en faire la première marque made in Périgord et lancer la production à grande échelle. Un investissement de plusieurs millions d’euros.

Propriétaire des châteaux Le Gay et La Violette (Pomerol) et d’un domaine viticole en Argentine, petit-fils de Jacques Durand, fondateur des cristalleries d’Arques, Henri Parent qui a toujours rêvé de posséder une truffière, veut aujourd’hui, à 49 ans, produire à grande échelle de la truffe noire du Périgord, en appliquant les recettes qui ont fait la réussite de sa famille dans le Bordelais.

Il rencontre Olivier Leserne, ancien des Eaux et forêts, qui gère désormais l’ensemble du « Domaine truffier du Grand Merlhiot ». Ensemble, novices dans la partie, ils trouvent des terres de qualité pour mener à bien leur projet en plein cœur du Périgord : 75 hectares de terrains à Savignac-les-Eglises, dont 55 entièrement consacrés à la truffe.

Voir grand et loin

Force est de constater que leur projet voit grand et loin. Henri Parent a prévu deux millions d’euros d’investissement pour gagner son défi. Sur ces terres d’anciennes truffières laissées à l’abandon, ils ont dû couper et dessoucher les arbres, travailler le sol avec de multiples passages, poser d’imposantes clôtures pour protéger les jeunes arbres des animaux et préparer l’irrigation.

11 hectares d’arbres truffiers seront plantés avant la fin de l’hiver, soit 20 000 arbres d’ici cinq ans. La production respectera le cahier des charges de l’agriculture biologique, dans un souci de respect de l’environnement. Objectif annoncé : produire entre cinq cents kilos et une tonne de truffes chaque hiver.

Relancer la production périgourdine

La France a longtemps été à l’origine de la moitié de la production mondiale de truffes noires, soit 250 tonnes par an (les bonnes années), mais cette production truffière est tombée à environ 40 tonnes par an dans les années 2000 soit environ 110 kilos de truffes par jour au total. En 2016, la production de truffes du Périgord était seulement de 30 tonnes. On ne parle que de 10 à 20 tonnes en 2018.

Heureusement, depuis peu, chaque année, 100 hectares de nouvelles truffières sont créés en Périgord. Avec son domaine, Henri Parent espère donner envie à d’autres trufficulteurs de relancer la production dans cette magnifique région : « Plus il y a de concurrents mieux c’est ! » explique l’entrepreneur qui croit plus que jamais en son pari : « On a tout pour y arriver : l’image, et la terre ! » ajoute-t-il enthousiaste. Plusieurs grands Chefs l’ont déjà contacté .

J.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici