Des chercheurs chinois et français renforcent l’amitié autour du forum « histoire et avenir »

Le 4e Forum de haut niveau entre les chercheurs chinois et français s’est récemment tenu avec succès à Beijing et à Paris par liaison vidéo. Une cinquantaine de chercheurs venus de deux pays ont échangé des points de vue autour du thème « Histoire et Avenir ».

Dans son allocution, le vice-président de l’Institut de recherche sur l’histoire et la littérature du Parti communiste chinois relevant du Comité central du PCC (IPHL) Huang Yibing, qui représentait son président, Qu Qingshan, a de prime abord, salué la tenue avec succès du XXe Congrès national du Parti communiste chinois au mois d’octobre dernier. Il a, à cet effet, présenté les principales politiques du PCC formulées lors de son 20ème Congrès pour les périodes actuelles et futures, avant de tracer un plan grandiose pour promouvoir, de manière globale, le grand renouveau de la nation chinoise, couplée d’une modernisation à la chinoise.

Une longue histoire de civilisation

Revenant sur l’objet de ces assises, Huang Yibing a indiqué que la Chine et la France avaient une longue histoire de civilisation et un profond héritage culturel, et que l’amitié entre les deux pays connaît une longue histoire.

Il a en outre invité les conférenciers à se situer sur un nouveau point de départ historique, en vue de se pencher sur le passé, de résumer l’expérience et d’envisager ensemble l’avenir. 

Pour sa part, le président de la Fondation Gabriel Péri, Alain Obadia, a, dans son mot de bienvenue, exprimé ses sincères félicitations pour le succès du XXe Congrès du PCC et ses sincères remerciements pour la tenue de ce forum. Il a soutenu que le marxisme fournit des concepts, une méthode d’analyse et de compréhension du réel. Il se meut dans un réel en constante évolution, en intense complexification, dans des contextes nationaux et régionaux multiples, dans des sociétés dont l’histoire est toujours singulière.

Refus d’une nouvelle guerre froide

Comme d’autres forces démocratique et progressistes en France, note Alain Obadia, la Fondation Gabriel Péri refuse l’alignement sur la stratégie américaine actuelle qui vise à ressusciter une sorte de nouvelle guerre froide, afin de préserver, autant qu’elle peut, une domination des Etats-Unis largement remise en cause par l’évolution du monde et la légitime aspiration des peuples et des nations à des relations internationales fondées sur l’égalité des droits et le respect de tous.

A l’en croire, cette nouvelle guerre froide américaine ne peut être séparée de l’approfondissement de la crise systémique du capitalisme. Il fait remarquer que dans la situation internationale de plus en plus tendue et de plus en plus dangereuse, il est d’une importance cruciale que les contacts entre des institutions françaises et chinoises se poursuivent et se consolident.

Ce forum s’est articulé également autour de trois thèmes suivant : « Histoire des partis communistes chinois et français hier et aujourd’hui depuis l’expérience de la Commune jusqu’à ses résonances actuelles » ; « Quelle conception de l’histoire et quelle transmission de l’héritage ? » et enfin « Crise de la mondialisation et nouvelle configuration de la situation internationale ».

Passer en revue le développement du communisme

Les participants ont brièvement passé en revue le développement du mouvement communiste international. Ils ont analysé les crises et les défis actuels, auxquels est confrontée la mondialisation, et ont discuté de la manière de mieux saisir les lois historiques, saisir l’initiative historique et explorer la voie de développement conforme à leur situation réelle et d’autres problèmes.

Pendant les échanges, Huang Yibing et Yang Mingwei, directeur du Département de Coopération et d’Échanges extérieurs à l’IPHL, ont également soulevé des questions posées par la partie française sur le statut et l’influence importants du Mouvement du 4 Mai dans l’histoire du marxisme chinois, et sur la manière dont le PCC a fait le bon choix à un moment historique critique.

Renforcer l’apprentissage mutuel

Le forum s’est terminé par un échange approfondi et chaleureux. Le président Alain Obadia a conclu que face à une nouvelle crise mondiale, tous les pays doivent innover dans les méthodes de gestion des ressources et mettre en place un nouveau système de gouvernance mondiale. La France et la Chine doivent renforcer l’apprentissage mutuel, a-t-il lancé, avant d’exprimer son souhait de voir les deux parties procéder, à l’avenir, à des échanges et coopérations académiques dans divers domaines.

Le directeur Yang Mingwei a, de son côté, manifesté sa gratitude à la partie chinoise et française pour leurs efforts d’organiser avec succès ce Forum, avant de soumettre sa demande pour la planification d’un prochain forum. Il a espéré que les deux parties pourront se réunir pour discuter de la coopération et évoquer l’amitié lorsque la situation sanitaire s’améliorera.

Organisées conjointement par l’Institut de recherche sur l’histoire et la littérature du Parti communiste chinois relevant du Comité central du PCC (IPHL) et la Fondation Gabriel Péri de France, ces assises ont connu la participation des experts et chercheurs venant de l’IPHL, de la Fondation Gabriel Péri, de l’EHESS, de l’Université de Rouen-Normandie, de la revue la Pensée et d’autres instituts relatifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

20 + dix-huit =