Vivendi prend 80% du capital de l’hébergeur et diffuseur de vidéos français Dailymotion. Pourquoi faire ?

En mars 2005, un mois seulement après la naissance de YouTube, deux trentenaires, Benjamin Bejbaum et Olivier Poitrey, fondaient Dailymotion, l’une des plus belles réussites françaises en matière de startup, avec 64 M€  de CA au compteur ! 300 millions d’utilisateurs regardent 2,5 milliards de vidéos chaque mois.

Entré au capital de la pépite à hauteur de 49% pour un montant de 66 M€  en avril 2011, Orange (39 Mds€  de CA) est depuis 2013 l’unique actionnaire, ayant versé 61 M€  pour les 51% restants. De quoi valoriser Dailymotion à 120 M€ … et attirer les convoitises !

Une prise de position difficile  

En 2013, le géant américain Yahoo !, à la recherche d’un second souffle, lorgne sur la pépite tricolore, une belle opportunité pour venir jouer sur le terrain de son éternel ennemi Google, propriétaire de YouTube depuis 2006.

Sous l’impulsion de sa nouvelle directrice générale, Marissa Mayer, Yahoo ! annonce alors une éventuelle prise de participation (à 75%, voire 100%). Si Stéphane Richard, P-DG de France Télécom/Orange, voit l’offre d’un bon oeil, ce n’est pas le cas de l’État Français (propriétaire de 27% de France Télécom/Orange). Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, souhaitant que l’entreprise demeure sous pavillon français, n’autorise qu’un rachat à hauteur de 50%, une «offre» que Yahoo ! refuse catégoriquement.

Un accord franco-français  

Le retrait de Yahoo ! est une douche froide pour Orange, toujours à la recherche d’un investisseur pour accélérer le développement de Dailymotion. Après plusieurs semaines de négociations avec PCCW, groupe asiatique qui détient notamment l’un des principaux opérateurs téléphoniques de Hong Kong, c’est finalement Vivendi (10 Mds€  de CA), spécialisée dans la communication et le divertissement, qui remporte la mise. Annoncées début avril, ces négociations exclusives portent sur l’acquisition de 80% du capital de Dailymotion pour un montant de 217 M€ .

De quoi répondre à l’objectif d’Orange d’adosser Dailymotion à un partenaire stratégique capable de soutenir efficacement la pépite française pour en faire l’une des plus grandes platesformes mondiales. «Vivendi dispose, en effet, d’actifs puissants qui permettront à Dailymotion d’enrichir son catalogue avec des contenus premium, ceux d’Universal Music, de Canal+… afin de développer son audience.

D’autant que, on l’oublie parfois, Vivendi est aussi un acteur majeur des plates-formes digitales, avec notamment Vevo [plateforme de clips musicaux, NDLR] . Dailymotion pourra également s’appuyer sur le savoir-faire de Canal+ pour développer des services freemium », indique Pierre Louette, directeur général adjoint d’Orange. Pour Vivendi, propriétaire du groupe Canal+, d’Universal Music Group (n°1 mondial de la musique), de Vivendi Ticketing (billetterie), de Wengo (plate-forme de services aux particuliers), de Watchever (plateforme de VOD) ou encore de la salle de concerts parisienne l’Olympia, cette acquisition s’inscrit dans une stratégie définie : se recentrer sur les médias et les contenus.

« Cette opération sera créatrice de valeur pour le groupe car elle permettra une diffusion plus large dans le monde et au plus grand nombre de nos productions. Les développements de tous les métiers de Vivendi passent par le numérique, qui fait converger les modes de consommation des contenus. Avec Dailymotion, Vivendi contrôlera une plate-forme de distribution OTT de premier ordre qui lui permettra de mieux valoriser et distribuer ses contenus à l’échelle mondiale.

De nombreuses opportunités de collaboration entre Universal Music Group, groupe Canal+ et Dailymotion seront d’ailleurs rapidement mises en oeuvre», souligne Stéphane Roussel, directeur du développement de Vivendi

À l’assaut du monde

Deuxième plate-forme d’agrégation et de diffusion de contenus vidéo au monde, Dailymotion arrive pourtant loin derrière YouTube, qui pèse 50 fois plus lourd.  Un long chemin à parcourir en perspective !

Le rachat devrait d’abord permettre à Dailymotion de se démarquer sur un marché où les acteurs fleurissent. « Dailymotion est une plateforme de premier plan, respectée dans la Silicon Valley où elle collabore avec les leaders du digital. Mais elle intervient dans un secteur en évolution rapide, et ses concurrents s’appellent Google (YouTube) ou Amazon (Twitch) ! Facebook et Twitter ont annoncé récemment des initiatives dans le secteur de la vidéo online.

Enfin, les acteurs chinois tels Youku/ Tudou

ne devraient pas tarder à sortir de leur marché domestique. Mais avec un actionnaire comme Vivendi, qui dispose de moyens humains et financiers significatifs, Dailymotion peut rivaliser avec succès», souligne Pierre Louette. Pour autant, pas question de développer une pâle copie du géant américain. « Il ne s’agit pas de faire de Dailymotion un petit YouTube, mais de lui apporter des contenus distinctifs.

La musique est un atout,

qui représente aujourd’hui 1 vidéo sur 3 consommée sur de nombreuses plates-formes de distribution. Si les vidéos de nos artistes seront toujours accessibles sur YouTube, nous proposerons sur Dailymotion des contenus distinctifs, par exemple des rencontres backstage.

Surtout, les contenus musicaux d’Universal Music Group et les productions audiovisuelles du groupe Canal+ permettront à Dailymotion d’être considérée comme une véritable alternative à YouTube dans la musique, mais aussi d’augmenter son audience francophone dans l’audiovisuel et, in fine , d’accroître son audience globale», espère Stéphane Roussel. De quoi faire la course en tête ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici