À Beijing, le commerce des services est en ce moment un sujet brûlant. Les services liés au numérique seront mis en lumière à l’occasion de l’édition 2021 du Salon international du commerce des services de Chine. L’économie numérique sert en effet aujourd’hui de moteur important à la stimulation des investissements, de la consommation et de la reprise économique. Les percées technologiques ont poussé les services à aller toujours plus loin.

Lors de cette édition 2021 du Salon, on trouve un prototype de véhicule piloté automatiquement. Développé à partir des technologies de télédétection par laser appelées lidar, de systèmes de positionnement et d’identification visuelle, ce véhicule est en mesure de se déplacer dans diverses conditions météorologiques et de circulation.

Avec une autonomie d’une centaine d’heures et 500 kg maximum de charge utile , cette voiture électrique aide à augmenter l’efficacité de la livraison de colis ou d’articles tout en évitant les contacts directs humains, surtout en période de pandémie. « En raison des conditions épidémiques, certaines agglomérations sont confinées, personne n’est autorisé à y accéder, mais cette voiture peut y circuler. Une fois que les colis arrivent au pied du logement, la voiture envoie automatiquement un SMS au client. Arrivé au rez-de-chaussée, le client peut prendre possession de son colis en utilisant la reconnaissance faciale ou une identification par code ». C’est ce qu’a expliqué à China Media Group (CMG) Kong Xiaoning, exposant de ce véhicule autonome.

Il y a peu, l’utilité d’un tel véhicule a été prouvée par la pratique : cette voiture a livré des articles destinés à lutter contre la pandémie au personnel sanitaire à Wuhan, au moment où la COVID-19 faisait ravage dans la ville au début 2020.

Les musées chinois ont également recours aux moyens numériques en vue d’offrir une nouvelle sensation de visite. Les technologies de réalité virtuelle et de réalité augmentée permettent maintenant aux visiteurs de la Cité interdite de découvrir un site archéologique sous-terrain de l’ancien Palais impérial. Pour permettre la conservation du site archéologique et pour assurer une visite classique, le terrain sera rempli après les fouilles archéologiques. Wu Meng, du Musée du Palais explique qu’« Avec des lunettes de réalité virtuelle, on observe donc le terrain archéologique de l’époque. La réalité virtuelle affiche devant nos yeux des couches de sol de différentes dynasties ».

Selon elle, les expositions en ligne donnent une occasion d’admirer davantage de collections du musée. « En général, entre 10 et 20 % des collections sont exposées au public, ce volume est presque un maximum ; grâce à nos bases de données en ligne, les visiteurs ont plus de chance à découvrir les collections du Musée du Palais. »

Autre domaine : grâce à sa légèreté et à sa mobilité, un moniteur météo mobile assurera la surveillance météorologique avec plus d’efficacité et précision lors des JO d’hiver de Beijing 2022. Une exposante d’une entreprise de Hangzhou qui développe ce produit explique à CMG que « Comparé à un observatoire météorologique traditionnel, ce moniteur mobile peut être transporté facilement sur les terrains et les pistes de compétition et qu’il permet de collecter les données météorologiques, telles que la vitesse et la direction du vent, la température ainsi que l’humidité ambiantes, sur une superficie relativement limitée».

Actuellement la Chine se classe à la 2e place mondiale en ce qui concerne le volume total de l’économie numérique ; en 2020, la proportion des services dans le PIB chinois s’élevait à près de 60 %. On prévoit que les services connaîtront un essor dans les années à venir en Chine et qu’ils joueront un rôle de plus en plus important pour assurer un développement de haute qualité de l’économie nationale.
Lors de son message vidéo du 2 septembre, le président chinois Xi Jinping a déclaré au monde que la Chine souhaitait ouvrir davantage son marché des services et qu’elle était prête à partager les opportunités dans le commerce des services avec la planète.

Pour les exposants internationaux, le discours du président Xi est un message encourageant, ils considèrent avec optimisme la coopération avec la Chine dans les services.

Pour Mattias Debroyer, responsable en Chine de hub.brussels, l’Agence bruxelloise pour l’Accompagnement de l’Entreprise, « C’est un message très positif : Beijing va créer une Bourse et soutenir les PME innovantes. Quant à nous, nous sommes au premier rang en termes d’innovation, les PME représentent un grand pourcentage dans l’économie de Bruxelles, et nous avons également des expertises dans le domaine financier en Belgique. »

« Le message du président Xi Jinping montre qu’il y aura plus de chance et plus de synergie. J’espère qu’il y aura une coopération entre les Bourses de Beijing et de Bruxelles », souligne-t-il.

Avec la synergie, il est certain que le développement du secteur des services nous conduira vers un avenir agréable et durable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quinze − 12 =