Décembre 2019, la famille propriétaire d’Urgo rachète le Château Cantenac Brown. Plus qu’un investissement, il s’agit d’un rêve enfin concrétisé pour la famille Le Lous, avec l’un des trois fils, Tristan, aux commandes.

Il fait dire que cette propriété n’est pas n’importe laquelle. Le Château Cantenac Brown est un grand cru classé depuis 1855 situé à Margaux, un domaine vénérable qui mérite attention et respect. Pour Tristan Le Lous, cette acquisition revêt une importance particulière car elle va lui permettre d’assouvir son amour véritable pour le vin, une passion qui s’est transmise du grand père au père et jusqu’au fils, une corde sensible et familiale.

Une famille d’entrepreneurs

Le patronyme le dit : la famille est originaire de Bretagne, région où les entrepreneurs sont légion. C’est le grand père qui fait office de pionnier. l’époque, l’école s’arrête souvent à 14 ans, mais comme cela arrive souvent, l’instituteur est là qui pousse la famille à le laisser poursuivre le secondaire. Le jeune homme continue ses études jusqu’à devenir pharmacien, d’abord dans l’armée, puis reprend une droguerie médicinale à Dijon. Il ne dispose pas des capitaux suffisants pour s’installer, mais il a pu compter sur la solidarité de quelques vignerons locaux qui l’accompagnèrent financièrement pour l’aider à se lancer. Cette installation en pays de Bourgogne fut le début de l’appétence de la famille pour le secteur viticole et les bons produits bourguignons.

Le vin, une culture

Dans la famille Le Lous comme dans de nombreuses familles françaises, on passe du temps à table, on déguste de bons vins, dont on parle longuement. Ce qui est resté dans la tête du jeune Tristan. Étudiant, il commence par la génétique moléculaire, avant de suivre AgroParisTech et l’E C afin de parfaire un profil diversifié permettant de rejoindre l’entreprise. Il sera plus particulièrement en charge de la finance. es frères sont également investis dans la vie de l’entreprise, chacun ayant son domaine de compétence et de responsabilité bien défini.

Le Bordelais en ligne de mire

C’est la rencontre d’une jeune femme étudiante à l’École de la Magistrature à Bordeaux qui va faire découvrir au jeune homme cette autre région du vin qu’est le Bordelais. Cette proximité avec la région finit par le pousser à proposer à son père et à ses deux frères de racheter un domaine en Bordeaux. Les contacts sont pris, notamment avec le domaine Cantenac Brown. Mais le vin est aussi un secteur où la patience est de mise si l’on a une idée assez précise de ce que l’on désire vraiment. Plusieurs années se passent avant qu’un appel ne finisse par intervenir pour informer la famille de cette opportunité à la vente. Il s’agit d’une soixantaine d’hectares, plantés majoritairement en Cabernet-Sauvignon, en Merlot, avec une petite part de Cabernet Franc sur un sol de Graves. Les vignes ont en moyenne 35 ans d’âge.

Des actions et des ambitions

Les installations techniques dataient des années 90, avec ce rachat, le domaine va pouvoir se relancer grâce à des investissements importants, une aubaine pour l’équipe en place qui va pouvoir imaginer un nouveau futur grâce à ces nouveaux moyens. Un nouveau chai, un nouveau cuvier, un architecte reconnu, Philippe Madec afin d’assurer le côté construction éco-responsable sans ciment, le projet global a demandé du temps et de la réflexion, il est à présent dans une phase de finalisation dans les mois à venir. On ne s’improvise pas vigneron, mais Tristan le Lous peut aussi s’appuyer sur un homme déjà totalement impliqué en la personne de osé anfins, directeur de la propriété, présent sur le domaine depuis 1989. C’est lui et son équipe qui ont réussi à mettre en avant les vins du domaine en dépit de peu de moyens et à les faire progresser, en passant notamment en agriculture traditionnelle.

Le défi de l’excellence

Le vin du domaine est déjà connu comme excellent en France comme à l’étranger, l’ambition est de monter encore en qualité, en appliquant les méthodes de lutte raisonnée. L’objectif est aussi de le faire savoir, en le faisant goûter par les grands critiques internationaux. La distribution se fait aujourd’hui à parts quasiment égales en Europe, en Asie et aux États-Unis, en restauration hôtellerie et chez les cavistes. Du point de vue commercial, trois marques sont mises en avant : Cantenac Brown, Brio (second vin) et Alto (vin blanc). Rendez-vous dans dix à quinze ans pour voir le résultat de tous ces efforts. Un délai habituel dans le vin, mais auquel sont aussi habitués les professionnels de l’univers médical.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

un × cinq =