L’eau minérale naturelle pluri-millénaire de Bonneval jaillit naturellement de terre. Les deux fondateurs, Jean Moueix et David Merle veulent protéger ce fragile équilibre écologique. Les cofondateurs ont parié sur leurs profils complémentaires, le premier est un serial entrepreneur issu d’une fa-mille bien connue du milieu viticole et a acheté les droits d’exploitation de la source en 2017.

Son associé, David Merle, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, est le DG de Bonneval Waters. Ils partagent les mêmes préoccupations, et ont voulu créer une entreprise rentable, mais dans le plus strict respect de l’environnement. Ainsi, ils ont décidé de ne pas prélever plus de 20% des capacités de la source, leur électricité est verte, les transports sont prévus au gaz naturel, sans oublier la revalorisation des déchets, le PET recyclé pour les bouteilles, les bouchons recyclables.

Le positionnement est clairement premium pour cette eau de la Haute-Tarentaise. Bonneval est également entré dans un processus de candidature à B Corp. Le projet a exigé des investissements importants qui ont été bouleversés par la pandémie pour les deux hommes. Lancé en 2017, il a fallu attendre l’an dernier pour les premiers embouteillages, le démarrage s’est fait sur le marché savoyard dans un premier temps, le lancement national a suivi de-puis avril dernier. La patience fait partie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quatre × 5 =