flowbird parkeon

Leader mondial de la mobilité urbaine, Parkeon devenu Flowbird réalise 185 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 80% à l’exportation sur plus de 50 pays. Sa recette ? L’innovation en matière d’équipements et de solutions mobiles pour le stationnement.

Si la société Parkeon a vu le jour sous ce nom en 2003, elle avait déjà plus de 40 ans d’histoire. Reprise en 2007 par Barclays Private Equity, principal actionnaire et d’autres fonds d’investissement, elle était l’émanation de l’une des divisions de l’ex Compagnie des Compteurs (Groupe Schlumberger).

Son activité s’est concentrée dans le domaine de la gestion de la mobilité urbaine, qu’il s’agisse de la fourniture de systèmes et de services de stationnement (65 % du chiffre d’affaires), ou de solutions de billetterie pour les transports urbains (métro, tramway, autobus…).

Un développement international

Le développement international a commencé dès les années 1980. Il a permis à la société de devenir le leader mondial dans le secteur du stationnement urbain (horodateurs). L’atout fondamental de Parkeon à l’international, malgré la pression concurrente d’acteurs locaux ou internationaux, est d’avoir été le premier, c’est-à-dire le créateur du marché. Et pour tirer parti de ce positionnement, l’entreprise a dû rester à la pointe de l’innovation, répondre aux attentes nouvelles et connaître les règlementations en vigueur dans chaque pays.

Plus de 200 000 horodateurs

Avec plus de 200 000 horodateurs installés dans le monde entier aujourd’hui, Parkeon est le partenaire privilégié de 4 000 villes en matière de stationnement. Le 15 octobre dernier, après le rachat du suédois Cale, Parkeon a pris le nom de Flowbird. Mais pour garder son avance et sa position de leader mondial, le groupe a dû innover, notamment au travers des nouvelles solutions mobiles. Les technologies digitales au service du stationnement ne cessent de se développer, participant ainsi au confort des automobilistes. Au cœur des enjeux d’avenir, ces derniers peuvent désormais payer leur stationnement au travers d’applications mobiles.

Une nouvelle solution mobile

Parkeon-Flowbird a récemment développé une solution de MPP (Mobile Phone Parking ) sous la marque Whoosh! déployée dans une quarantaine de villes en France, au Royaume-Uni et aux Etats Unis. Pour cela, avec Waysis, dont la solution Yellowbrick figure parmi les leaders mondiaux du paiement du stationnement par mobile, Flowbird a annoncé la mise en commun de leurs opérations dans le MPP et la création de Yellowbrick International B.V.

Bertrand Barthelemy, CEO de Parkeon-Flowbird, explique : « Cette association permet à Parkeon d’accélérer sa transformation en une société digitale. L’excellence de Waysis dans sa gestion de la relation avec le consommateur final et la force de sa marque sont pour cela des atouts très forts. Yellowbrick International B.V va rapidement devenir l’acteur de référence dans le MPP au niveau mondial ».

Intelligence humaine et connectée

C’est Marius Koerselman qui a été nommé au poste de CEO de Yellowbrick International, la filiale dédiée à l’activité de paiement par téléphone mobile. Son arrivée correspond à la détermination de Flowbird de devenir le leader du Mobile Parking Payment tout en confirmant sa place d’unique acteur mondial indépendant d’un constructeur automobile.

De plus, Flowbird et Parkopedia ont annoncé la création d’un partenariat croisé d’échanges de données pour améliorer les services proposés aux opérateurs comme aux usagers. En effet, Parkopedia fournit désormais à Flowbird ses données sur les parkings off-street comprenant notamment les informations sur les 60 millions de places de parking qu’elle gère dans plus de 8 000 villes. Ces données permettront d’alimenter l’application Path to Park de Flowbird.

1 COMMENTAIRE

  1. FLOWBIRD s’envole avec le mobile mais ses salariés sont écrasés par la pression.
    La charge de travail est énorme, on travail les samedis, parfois les jours fériés. Les congés sont refusés, il faut livrer coute que coute.
    Et le comble est qu’avec l’envolée des bénéfices, 0% d’augmentation générale pour 2019 alors que l’inflation a été de 1,8% en 2018.
    Et plus d’intéressement depuis 2 ans.
    Et maintenant pas de participation aux bénéfices pourtant records en 2018…
    Bref , la finance continue à tout ponctionner.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici