citroen c3 occasion

La nouvelle C3 affiche de grandes ambitions. Ce SUV a été longuement étudié et planifié par le groupe Citroën pour séduire la clientèle étrangère. La reconquête de l’export est en marche.

Il s’agit du premier modèle de la stratégie internationale de la marque Citroën, qui en présage d’autres, une gamme totalement créée pour l’international qui doit devenir le symbole d’une reconquête. Cette C3 est le premier modèle d’une famille de 3 véhicules à vocation internationale.

Défi de premier ordre pour Citroën

La marque française vend 1 million de véhicules dans le monde, mais elle réalise 85% de ses ventes en France, ce qui est une faiblesse pour une marque automobile. La direction a depuis déjà plusieurs années programmé de modifier cet état de fait, dans un premier temps en mettant en œuvre une politique visant à une équilibre 70/30 en termes de ventes France/International.

Le nouveau modèle CC21

Bien que dénommé C3, ce modèle présente bien des caractéristiques spécifiques et ne sera pas vendu en Europe. Il vise à prendre une place sur le marché indien en priorité. Pour ce faire, un mix-marketing et industriel particulier a été mis en place.

Du style

La C3-CC21 dédiée à cette cible dispose d’un style plus ramassé, elle est d’ailleurs plus courte (3,98 m) que le modèle européen qui affiche 4,16 mètres, et est destinée à séduire en priorité une clientèle citadine qui doit évoluer dans des trafics intenses, mais qui apprécie la silhouette SUV. Un look moderne et suffisamment costaud pour se sentir à l’aise. Libre également aux clients de jouer la carte de la personnalisation avec des options séduisantes comme des stickers de toit, des propositions de jantes, des combinaisons multiples que ce soit pour l’intérieur et l’extérieur. Elle est bien entendu de son temps et totalement connectée, avec un grand écran tactile (Apple CarPlay et Android Auto), ainsi qu’un support intégré pour le smartphone.

Un prix accessible

Ces modifications visent toutes à proposer un prix accessible à des populations qui n’ont pas le pouvoir d’achat européen. Or, cette C3 doit en premier lieu séduire la clientèle indienne avant d’aller sur un autre continent, celui de l’Amérique latine. Si le véhicule ne dépasse pas les 4 mètres, ce n’est pas une question de look, mais une figure imposée pour les designers. En effet, des taxes ont été instaurées en Inde sur tous les véhicules dont la longueur est supérieure aux 4 mètres. Autre critère à respecter absolument, la solidité avec des protections de bas de portière, des boucliers, etc., car en Inde 40% des routes n’ont pas de revêtement.

En prévision de l’approche du marché sud-américain, ce sont les gardes au sol qu’il fallait surveiller, les trottoirs brésiliens étant bien plus hauts qu’en France en raison des fortes pluies. Le prix doit se situer entre 8 000 et 11 000 euros en Inde. L’objectif commercial étant de vendre dans ce pays jusqu’à 100 000 véhicules annuels.

Une installation en Inde

Pour mettre en place cette nouvelle stratégie et réussir à modifier la structure de son chiffre d’affaires, le groupe a investi en s’installant en Inde. Il est prévu que le sous-continent indien devienne le troisième marché mondial après la Chine et les États-Unis. Pour l’instant pourtant, on n’y vend « que » 3,4 millions d’automobiles, ce qui est à peu près équivalent à l’Allemagne. Mais les prévisions s’élèvent à 8-10 millions d’ici trois à quatre ans. Le marché est tenu par le consortium indo-japonais qui mène la danse, Maruti Suzuki, avec une part de marché assez extraordinaire de 50%. L’usine Citroën est située à Chennai en Inde et la commercialisation prévue à compter du premier semestre 2022. Pour l’Amérique du Sud, un continent que connaît déjà bien la marque française, la fabrication se fera à Porto Réal, au Brésil.

L’électrique déjà annoncé

Un modèle électrique est bel et bien prévu, mais en Inde uniquement. Le défi que s’est lancé Citroën est véritablement complexe, certaines marques ayant déjà décidé de se retirer de ce marché indien si difficile à tous les niveaux, et particulièrement en termes de rentabilité. Mais le projet est planifié de longue date. Le groupe PSA avait ainsi signé dès 2017 des accords de joint-venture pour la production et la vente de véhicules et de composants en Inde à l’horizon 2020 avec le groupe indien CK Birla. La pandémie est passée par là, retardant les programmes, mais la stratégie est restée en place.

Laissons le mot de la fin à Vincent Cobée, DG de Citroën et le nouvel homme fort de la marque depuis janvier 2020 : « Assurer le futur de Citroën passe par une plus grande présence à l’international en se renforçant sur tous les marchés sur lesquels nous sommes implantés tels l’Amérique du Sud, le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Asie et la Chine, et en s’ouvrant à d’autres comme l’Inde… Véritable lever de cette accélération à l’international, Nouvelle C3 est le premier étage de la fusée… à la fois moderne, connectée, et adaptée aux usages locaux, elle a tous les atouts pour porter la croissance de Citroën ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 × 5 =