Aquapure Systems conçoit et produit des équipements destinés à fournir une eau de bonne qualité au plus près des utilisateurs. L’entreprise est soucieuse à la fois de préserver cette ressource rare et de faciliter l’accès à l’eau en s’appuyant sur des techniques innovantes, en France mais aussi à l’étranger. Rencontre avec son dirigeant et fondateur, Gérard Mazziotta.

Comment vous est venue l’idée de monter Aquapure Systems ?

G.M : Je suis issu du monde bancaire et financier, a priori éloigné de ces préoccupations. Mais constater qu’on alimente ses toilettes avec de l’eau potable et non de l’eau recyclée me choquait. Plus largement, j’ai toujours eu à cœur de trouver des solutions aux difficultés d’accès à l’eau dans de nombreux pays. Je me suis donc lancé ce défi, j’ai déposé un brevet de bioréacteur à membrane qui permet de recycler l’eau « grise », en bref, de lui donner une deuxième vie ! On a ensuite élargi notre offre.

Quelles sont les applications de ces machines ?

G.M : « Nous savons purifier les eaux grises issues des habitations individuelles ou collectives, mais aussi traiter les eaux polluées des puits ou des rivières, et les eaux saumâtres ou salées. Nous pouvons aussi produire de l’eau potable là où elle manque par exemple les îles ou les zones sinistrées, sans oublier le traitement de l’eau dans les activités agricoles (abreuvement des animaux, dépollution des eaux de lavage..)».

Du coup, à quel type de clients vous adressez-vous ?

G.M : « Nous ciblons de nombreux segments du marché : les particuliers ou les promoteurs pour le traitement des eaux grises, les ONG ou les pouvoirs publics dans la désalinisation, les industriels dans le traitement des eaux de process mais aussi le monde agricole ».

Le marché de l’eau est dominé par de grosses structures, quelle est votre atout ?

G.M : « Le caractère « nomade » de nos équipements fait une grande différence : ils peuvent être montés sur des véhicules type pick-up, des remorques ou des containers. Ils permettent donc de produire de l’eau sans infrastructure lourde et de façon beaucoup plus économique qu’avec les approches habituelles. Deuxième atout, l’autonomie, puisque nos équipements peuvent être alimentés par des panneaux photovoltaïques. Enfin, tous nos équipements sont connectés, ce qui permet un suivi et une maintenance optimisée. Nos clients deviennent ainsi leurs propres producteurs et gestionnaires d’eau, avec des outils simples et décentralisés

Quels sont vos enjeux aujourd’hui ?

G.M : « Le défi technique est maîtrisé, nos technologies sont éprouvées et la chaîne de production est calibrée. Notre principal enjeu est donc marketing, d’où notre présence sur des salons comme Pollutec pour promouvoir notre offre et asseoir notre notoriété. Le secteur de l’eau est soumis en France à une réglementation stricte et les barrières à l’entrée sont nombreuses. Installer un concept innovant comme le nôtre est donc difficile mais le changement climatique et la pollution grandissante contraindront à revoir la question de l’eau. Les besoins sont là et nous sommes prêts à y répondre. Nous allons par exemple prospecter le secteur de la piscine et rechercher des partenariats techniques sur des «briques» de R et D (hydrogène par exemple) qui est un autre axe de réflexion. Alors, nous y croyons ! Et nous sommes sûrs que les clients partageront notre conviction.


Plus d’informations :

www.aquapure-systems.com
7, rue Jean-Jacques Rousseau
30 390 Aramon
Tél. : 06 32 64 37 75
Mail : contact@aquapure-systems.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

deux × un =