Cancer cell, unhealthy human cells 3d abstract illustration.

La FrenchTech médicale est un monde d’innovation et de recherche et les start-ups y abondent. Allecra Therapeutics est l’un de ses fleurons, discret, qui avance pas à pas vers une révolution en termes d’antibiotiques.

Les antibiotiques ne sont pas automatiques, chaque Français le sait à présent après des campagnes gouvernementales à répétition dont la dernière a eu lieu en novembre 2018. En termes de solutions, BPI France agit en soutenant plus d’une vingtaine de sociétés qui travaillent dans le domaine de l’antibiorésistance, que ce soit au niveau de la prévention, du diagnostic, du traitement ou des outils R&D. Parmi celles qui effectuent des recherchent en matière de traitements, Allecra Therapeutics est l’une des 4 start-ups les plus avancées dans la démarche.

Au coeur de l’Europe

Allecra Therapeutics est une société franco- allemande, son siège est situé dans la ville frontalière de Weil am Rhein en Allemagne, et ses équipes travaillent majoritairement en France à Saint Louis (Haut-Rhin), à deux pas de Bâle, ville suisse où l’on retrouve déjà deux géants pharmaceutiques, les groupes Hoffman-La Roche et Novartis. Un monde que connaissent bien les co-fondateurs d’Allecra, Nicholas Benedict, qui a travaillé dans ces deux groupes, ainsi que Stuart Shapiro, microbiologiste suisse.

Un défi de santé publique

La société a été créée dans un but bien précis : lancer les essais cliniques d’une nouvelle classe d’antibiotiques capable de combattre certains types de résistances qui se sont développés au fil du temps et mettent aujourd’hui en danger la vie de nombreux patients. Un défi hors normes, vital, car chaque année depuis une décennie environ, des patients hospitalisés contractent des infections bactériennes graves contre lesquelles les antibiotiques habituels n’ont pas d’impact, entraînant des décès.

On estime ces derniers à 700 000 chaque année. Aux USA, deux millions de personnes sont impactées uniquement par un type infections bactériennes dites « gram-negative », c’est sur celles-ci que travaillent les chercheurs d’Allecra.

Des soutiens solides et discrets

En dépit de ses levées de fonds, Allecra Therapeutics reste peu connue du grand public, et l’une des raisons est la force de son actionnariat. En effet, la start-up est soutenue financièrement depuis sa création quasiment par les mêmes actionnaires historiques et n’a pas à requérir à des campagnes de communication pour lever des fonds.

Un élément indispensable pour parvenir à avancer durablement et sans à-coups dans les différentes phases successives d’essais cliniques. Les partenaires d’Allecra lors de sa dernière levée de fonds sont Forbion, Delos Capital, Andera Partners, Xeraya Capatial, EMBL Ventures, BioMed Partners et Nicholas Benedict. La filiale française bénéficie quant à elle d’un soutien financier de la part de BPI France et de la Région Alsace, aujourd’hui Grand Est.

Une nouvelle étape cruciale

L’équipe constituée par la start-up dispose de plus de 150 années d’expérience dans le domaine de l’innovation de produits pharmaceutiques. Elle est internationale, rassemblant des spécialistes en provenance d’Allemagne, Suisse, France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Italie, Hollande, Tunisie et Israël. Logique, car tous les pays sont en effet touchés par le

problème de la biorésistance. L’entreprise est entrée en fin d’année dernière dans la phase III de l’essai clinique, une étape cruciale qui justifie la troisième levée de fonds. Elle aura lieu dans 19 pays, 114 sites d’essai, et plus de 1000 patients seront impliqués. Des résultats attendus par tous avec impatience.

E.S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici