On ne pourra pas rester longtemps comme cela. Alors que nos voisins, Italie voire Espagne, recommencent à ouvrir, il est plus que temps de redonner des perspectives à notre secteur de la restauration. Une activité qui est emblématique et consubstantielle à notre mode de vie. Lire à ce sujet le long entretien que donne ce mois-ci le grand chef bordelais Philippe Etchebest au magazine Entreprendre.

Pour le top chef de 54 ans, devenu presque porte-parole de la profession, le confinement n’a que trop duré : « Alors que les restaurants sont clos, l’épidémie continue de se développer ! » Il y a donc un problème !

Il faut apporter des perspectives à ce secteur à part entière de l’économie française : 210 000 établissements au total, 750 000 salariés auxquels il faut rajouter 220 000 non salariés, auxquels s’ajoutent bien sûr nombre de fournisseurs, à commencer par les filières agroalimentaires et viticoles.

Inutile d’en faire un plat ! Tout le monde est au courant, il est temps de réagir. Pour être concret, pourquoi ne pas décider d’autoriser nos restaurants à réouvrir pour le déjeuner, avec les mesures sanitaires, en disposant une table sur deux, avec deux clients par table et en exigeant s’il le faut un écran plexiglas à placer entre convives. C’est contraignant, mais cela permet de redémarrer !

Ne tardons pas ! Comme le dit Etchebest à Entreprendre : « Ne pas avoir de dirigeants capables de prendre des décisions impopulaires mais efficaces nous paralysent ! » Il n’est pas seulement une fine gueule, Etchebest, il a aussi l’art de l’ouvrir ! On en a besoin par ces temps de grande disette.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

2 × 3 =