Eliot Blondet / ABACAPRESS.COM

Par Tom Benoit, philosophe et essayiste

Tribune. L’élection présidentielle dont le premier tour a lieu ce dimanche, doit être analysée comme une étape de l’histoire politique française qui induira une modification définitive du schéma gouvernemental dans le pays.

La quête vers l’homme providentiel appartient désormais aux segments oubliés d’une cinquième république qui, insidieusement, se métamorphose sans pour autant qu’on la réforme.

Suggérer une revalorisation de la cinquième république et de ses préceptes me paraîtrait d’ailleurs, dans un premier temps, bien plus efficient que d’en fantasmer une sixième. 

La représentation politique actuelle annonce pour demain, un pouvoir qui sera plus législatif qu’il ne l’est aujourd’hui. 

Au-delà de ses résultats et de leurs conséquences, cette élection aura montré le politique dans tout ce qu’il peut avoir de plus banal.

À tel point que, étonnement, les candidats parvenant à entretenir un posture crédible semblent être, le président sortant, ainsi que quelques adversaires habituellement soupçonnés de menacer l’équilibre démocratique.

L’échiquier politique ressemble de plus en plus à la société moderne ; un plateau lisse, glissant, dont les aspérités sont au fil du temps gommées.

L’exercice du pouvoir ne semble plus être en mesure d’user celui qui en jouit, tant les marges de manœuvre dont il dispose sont ténues.

Les représentants de partis d’opposition, que l’on qualifiait hier de fascistes ou de bolcheviques, se montrent fatigués de leur propre ferveur, ne sachant plus s’il convient pour eux d’afficher le goût de la révolte ou celui de la sagesse.

Durant les années à venir, l’exercice politique français sera plus imprécis – probablement mené par des professionnels venant de milieux davantage variés, et dont pour chacun, la carrière politique sera plus éphémère.

Cette campagne marque la fin d’une époque, ou plutôt, conforme la politique aux standards de la société des années 2020.

Tom Benoit

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix-huit + cinq =