Olivier Paccalin fait partie de ces entrepreneurs à la fois simples et ambitieux, comme on aime à les rencontrer à la rédaction d’Entreprendre.  Écoutez son entretien sur EntreprendreTV ! A 34 ans, ce diplômé d’une modeste école de management, ISEE Business School, dégage sérénité et détermination, des qualités qu’il faut avoir quand on veut mener sa monture au maximum.

Sa boîte, lesitedumadeinfrance.fr, n’existait pas il y a encore 3 mois. Aujourd’hui, son moteur de recherche référence 40000 produits fabriqués en France, de 600 marques et distributeurs et vient concurrencer Bienoubien.com, lancée par la Macif. Cet ancien cadre du marketing digital ne s’emballe pas pour autant : « Pour l’instant, nous ne cherchons pas à trop élargir l’offre aujourd’hui cantonnée à la mode, la maison et aux jouets car nous voulons faire les choses bien… ».

La boîte est installée chez lui, à son domicile, à Clamart (92), tout près de l’hôpital Percy (où on soignait en 14-18 les grands brûlés) et non loin de la maison du sculpteur Rodin.  Avec deux amis, Olivier Paccalin a pu concevoir le moteur du système digital du site sans avoir besoin de recourir aux services des agences web extérieures. Leur moteur de recherche, renvoyant pour chaque fiche produit directement au fabricant, reste un savoir-faire maison et c’est leur force. « Avant de se lancer dans une activité, il vaut mieux avoir exercé dans le même secteur » reconnaît sagement ce fils de magistrat, pour qui, l’argent ne semble pas la motivation première : « J’ai toujours voulu agir, et pas forcément entreprendre. Cela aurait pu être l’humanitaire. Mais quand j’ai vu les enjeux environnementaux et les difficultés économiques de notre pays, et réalisé que près de 90% de notre consommation textile et 64% pour la maison sont importés, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose… »

L’air de rien, avec son site, il a déjà pu échanger avec Arnaud Montebourg et Yves Jego (qui, info exclusive, lance sa boîte de pouf personnalisable www.t-f-p.fr) et a reçu le soutien du Slip Français, d’Eram ou du Jean 1083, va peut-être révolutionner notre approche. Pour lui : « Tout passe par la vente et le marketing. Si nos compatriotes se mettent à mieux acheter et surtout à mieux vendre et marketer leurs produits, tout peut changer. Et ce n’est pas seulement une question de prix du produit, qui n’est pas plus élevé que celui des grandes marques. C’est le savoir vendre qui prime. Regardez le succès de Nike ou Adidas auprès des jeunes ».

Un vrai discours de la méthode pour ce passionné d’histoire qui pointe comme tout le monde le poids pris par les GAFAM américains dans le business mondial : « Un monopole que les USA auraient pu démanteler comme ils l’ont fait pour d’autres activités. Que ce soit Trump ou Biden, ils s’en sont bien gardés. En maîtrisant la distribution via Google, Amazon ou Facebook, l’Amérique est en train de relocaliser toute son industrie. »

C’est l’exemple à suivre, et Bruno Le Maire a bien fait de s’opposer à l’OPA sur Carrefour du canadien Couche-Tard. Il y a mieux à faire. Une alliance avec Auchan voire Casino aurait plus de sens et permettrait d’esquisser le début d’une grande plateforme de distribution digitale prenant pied pourquoi pas sur Cdiscount. Une initiative stratégique pour notre économie qui en a bien besoin avec son déficit commercial annuel de 77,6 milliards d’euros, et une industrie qui est passée en quelques années de 22% du PNB à à peine 10% aujourd’hui ! Et Bruno Le Maire d’en appeler à la reconquête du made in France, n’épargnant pas au passage, je cite : «  Les capitaines d’industrie qui ont fait le choix de naviguer hors des eaux territoriales, et de délocaliser pour gagner un centime par pièce. »


À chacun ses combats, Bercy ferait bien pour favoriser la réindustrialisation de détaxer encore massivement et aussi de rencontrer le fondateur de lesitedumadeinfrance.fr. Ce dernier n’a rien couté au pays, mais il peut rapporter.

Robert LAFONT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

19 + 19 =