Photo Laurent Vu/Pool/ABACAPRESS.COM

Emmanuel Macron en campagne

Arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle avec 27,8% des suffrages exprimés, Emmanuel Macron sera l’invité de BFMTV ce soir, à partir de 18h30. Il sera interviewé par Bruce Toussaint et l’entretien se fera en direct de Denain, dans le département du Nord, dans les Hauts-de-France, où il se rendait aujourd’hui.

Sur BFMTV, ce mercredi 13 avril, à partir de 20h50, les journalistes Maxime Switek et Apolline de Malherbe accueilleront le ministre de l’Intérieur et le président du Rassemblement National pour un débat inédit. Gérald Darmanin défendra le programme du président sortant, Emmanuel Macron, et Jordan Bardella le programme de Marine Le Pen. Il sera abordé des sujets centraux de cette campagne électorale, comme le pouvoir d’achat, la sécurité, la santé, l’immigration, l’éducation et la société. Un round d’observation, en attendant le débat du mercredi 20 avril entre les deux candidats qualifiés au deuxième tour de l’élection présidentielle.

“Une campagne beaucoup plus frontale”

La ministre de la culture, Roselyne Bachelot, était interviewée sur BFMTV: “Je réfute les critiques exprimées envers la campagne d’Emmanuel Macron. Ce que je retiens, c’est que cette campagne a intéressé les Français. On prévoyait des taux d’abstention catastrophiques, il n’en a rien été, montrant que la campagne a existé, qu’elle a mobilisé les Français dans un contexte particulièrement difficile de la guerre en Ukraine et de la continuation de la pandémie. Une campagne de deuxième tour n’a rien à voir avec une campagne de premier tour. Il va falloir faire une campagne de deuxième tour extrêmement différente, beaucoup plus frontale, entre deux programmes. »

Trois générations et trois votes !

Sur RMC, Bernard Sananès, président de l’institut de sondages Elabe, donnait ces explications. « Il se dessine, dans les premières analyses, une France générationnellement coupée en trois. En-dessous de 35 ans, on a mis Mélenchon en tête. Entre 35 et 60 ans, dans le cœur des classes actives, on a mis Marine Le Pen en tête. Au-delà, chez les retraités, on a mis très majoritairement Emmanuel Macron en tête. Les séniors, qui représentent 30% des inscrits et qui s’abstiennent moins que le reste de la population, ont donc eu un poids considérable dans ce premier tour de l’élection présidentielle.”

“Un espoir s’est levé avec Marine Le Pen”

Sur TF1, Jordan Bardella, président par intérim du Rassemblement National a commenté les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. “Un espoir s’est levé avec la candidature de Marine Le Pen. J’estime qu’il n’y a plus de gauche ni de droite. Le temps du rassemblement doit venir. Un rassemblement qui passe par les gens qui ont pu voter pour Éric Zemmour, peut être, avec des gens qui, chez Jean-Luc Mélenchon, savent que, derrière Emmanuel Macron, il y a cinq années supplémentaires de casse sociale.”

Eric Zemmour appelle à voter pour Marine Le Pen

Selon un sympathisant de Reconquête! interrogé par Le Figaro: “Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle sont une vraie claque pour Eric Zemmour et pour notre parti. Même en sachant qu’on allait perdre on ne s’attendait pas à ça. C’est incompréhensible, car c’est le contraire de ce que l’on a vu sur le terrain, où il y avait une vraie dynamique. Eric Zemmour appelle à voter pour Marine Le Pen, mais on n’est pas en position de négocier. Il va falloir que Reconquête! s’implante et capitalise sur le souffle de la campagne malgré le résultat.”

Jean-Luc Mélenchon en tête chez les jeunes !

Selon un sondage Elabe, pour BFMTV, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête chez les 18-24 ans et les 25-34 ans, au premier tour de la présidentielle, 34% et 31% des voix. Derrière, Emmanuel Macron arrive en deuxième position chez les 18-24 ans. Marine Le Pen prend la deuxième place chez les 25-34 ans.

Où iront les électeurs de Mélenchon ?

Jean-Luc Mélenchon est parvenu hier à constituer sur son nom une force politique d’ampleur. La gauche doit désormais composer avec la force d’attraction du leader de la France Insoumise. La manière dont voteront les 7,7 millions de personnes ayant déposé un bulletin Mélenchon dans l’urne, ce dimanche, est donc déterminant.

L’institut de sondage Ifop a donné, ce dimanche soir, pour la chaîne d’information LCI, des indications sur les report de voix au deuxième tour de l’élection présidentielle: “Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon voteraient ainsi selon cet institut: 33% Macron, 23% Le Pen et 44% d’abstention.” Pour l’institut Elabe, pour BFMTV, les projections sont différentes: 35% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon voteront pour Emmanuel Macron, 34% pour Le Pen et 31% comptent s’abstenir.

Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon pourraient bien faire basculer l’élection du deuxième tour. Rappelons que Jean-Luc Mélenchon n’a pas appelé à « faire barrage » au Rassemblement National, mais il a très clairement indiqué, ce dimanche, dans son discours, le martelant trois fois devant la presse et ses militants: « Pas une voix à Marine Le Pen!”

“Le vote d’extrême-droite ne sera pas une option”

Sur France Inter, Adrien Quatennens, le député de La France Insoumise, s’expliquait: « Il nous a manqué 500.000 voix, c’est-à-dire trois fois rien. C’est quelques voix par bureau de vote. Le “poil de fesse” qui manque à Jean-Luc Mélenchon pour être au second tour, on peut le nommer. Les voix de Fabien Roussel nous ont manqué, incontestablement. Je salue un sursaut de mobilisation, qui fait que l’on est passés du dernier sondage à 18% à un score à 22%.“

“Aucune voix ne doit aller à l’extrême-droite parce que le peuple n’a rien à y gagner. Une consultation interne, en vue du second tour, sera organisée par le parti. Le vote d’extrême droite ne sera pas une option. Nous avons mené le combat contre le Rassemblement National. Mais je n’ai pas vu qu’Emmanuel Macron ait fait la même chose parce qu’il rêvait d’un remake de 2017.”

“Ils n’ont pas eu le sens de leur devoir”

L’ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2007, Ségolène Royal, qui soutenait Jean-Luc Mélenchon dans ce premier tour, s’est exprimé, ce dimanche: « Jadot, Hidalgo et Roussel n’ont pas eu le sens de leur devoir. Je déplore que des candidats qui sont en-dessous de 5% n’aient pas été capables de se retirer, malgré une attente de l’électorat à une union des gauches, et cela, à cause de leur égo, à cause de leur manque de perspicacité, à cause du calcul de la troisième manche. Un parti se dit: si je n’ai pas de candidat à la présidentielle, je n’existe plus, ce qui est une absurdité, la politique a changé.”

Appel à une recomposition de la droite

Sur France Info, Nicolas Bay, le soutien du candidat de Reconquête!, a déclaré: « Eric Zemmour est quatrième, c’est moins que ce qu’on espérait mais c’est une nouvelle force politique qui, à elle seule, fait mieux que le Parti socialiste et Les Républicains réunis! Nous prévoyons une recomposition politique et j’appelle une partie de la droite à rejoindre le clan de Zemmour. Il y a beaucoup de personnalités chez Les Républicains qui voient bien que ce parti est agonisant.”

“Aucune voix apportée à Marine Le Pen”

Christian Jacob, Président du parti Les Républicains, a tenu une conférence de presse, ce lundi, pour faire un point après le premier tour de l’élection présidentielle: « Le bureau politique des Républicains adresse tous ses remerciements à Valérie Pécresse, après de nombreuses attaques personnelles. Elle a fait preuve d’une détermination totale, elle a porté avec courage, les valeurs de la droite et du centre. Emmanuel Macron veut nous mener vers un parti unique, dangereux pour la démocratie. Par cette stratégie il a contribué à faire remonter des votes de désespérance. Notre famille politique a toujours été, et elle est restée un adversaire du Rassemblement National. Aucune voix ne doit être apportée à Marine Le Pen.”

Eric Ciotti: “Une défaite historique”

Arrivé en tête de la primaire Les Républicains, Eric Ciotti s’est exprimé, ce dimanche soir, sur TF1: “Il s’agit d’une défaite historique pour la droite républicaine. Nous devons en tirer les conséquences. La droite est toujours là. Nous devons rebâtir et reconstruire.” Eric Ciotti avait indiqué qu’en cas de duel Macron-Zemmour, il appellerait à voter pour Eric Zemmour. Le député Les Républicains a tranché pour le deuxième tour: il ne donnera pas de consignes de vote.

Rachida Dati votera pour Emmanuel Macron

Rachida Dati, Les Républicains, s’est exprimé, ce dimanche soir, sur TF1: « Aujourd’hui ce qui se joue c’est le risque de la victoire de Marine Le Pen, un courant politique qui n’a jamais voulu la paix civile. J’appelle à voter Emmanuel Macron. Même si je reconnais avoir des différends avec lui, ils sont beaucoup moins graves que le risque de voir Marine Le Pen à la tête du pays ».

Jean-François Copé pour Macron

Sur TF1, Jean-François Copé, ancien ministre Les Républicains, Maire de Meaux, s’est expliqué: “Je reconnais une soirée douloureuse pour le parti Les Républicains. J’appelle massivement à voter pour Emmanuel Macron et je voterais pour lui. Il faut que le chef de l’Etat sache que la partie n’est pas gagnée, pour lui, contre Marine Le Pen, au second tour de l’élection présidentielle.”

Un échec et une déception pour les écologistes

Sur TF1, la porte-parole de Yannick Jadot, Delphine Batto, a réagi au faible score du candidat écologiste: « Il y a clairement un échec et une déception. C’est une déception, pas seulement pour les écologistes, mais pour les combats que nous portons. Donc, il faudra en tirer des leçons.”

“Je ferais le choix de la responsabilité”

Depuis son quartier général de campagne, le candidat communiste Fabien Roussel s’est exprimé, après le premier tour de l’élection présidentielle: “Je déplore que l’extrême-droite n’ai jamais été aussi forte en France. Je ferais le choix de la responsabilité. Je ne permettrais jamais qu’un projet raciste et xénophobe soit mis en oeuvre à la tête de l’État. J’appelle à battre l’extrême-droite en se servant du seul bulletin qui sera à notre disposition.”

Le parti socialiste appelle à voter Macron

Depuis son siège de campagne, Anne Hidalgo a adressé, ce dimanche soir, un salut républicain aux électeurs dans un discours de défaite: “Vous savez que je ne baisse jamais les bras. Je continuerais à mettre toute mon énergie pour une France républicaine plus forte, plus belle, parce que plus juste. A l’issue de ce premier tour, les résultats témoignent d’une France divisée; J’appelle donc à voter pour Emmanuel Macron.”

Le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, s’est exprimé, sur Twitter: “J’invite, sans ambiguïté à voter pour Emmanuel Macron, face à Marine Le Pen, au second tour de l’élection présidentielle. Et je lance un appel solennel aux forces de gauche et écologiques afin de construire, ensemble, pour les élections législatives, un pacte pour la justice sociale et écologique.”

Sur Twitter, aussi, Martine Aubry, la maire socialiste de Lille a expliqué: “Après cette drôle de campagne dans une période grave, je salue chaleureusement Anne Hidalgo, elle qui a toujours été fidèle aux valeurs de gauche, pour son courage et pour la force et la justesse de son projet. Au second tour, j’utiliserai le bulletin Macron pour battre l’extrême-droite.”

Résultats en Ile-de-France

C’est une surprise de taille en Ile-de-France! Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise,  obtient 30,24% en Ile-de-France, très proche (2.500 voix d’écart) d’Emmanuel Macron (30,19%). Par rapport à 2017, Jean-Luc Mélenchon devance donc le président sortant, qui s’était largement imposé en Ile-de-France il y a cinq ans.

A l’exception des départements des Yvelines, des Hauts-de-Seine et de Paris, remportés par le chef de l’Etat, le leader de La France Insoumise est arrivé en première position dans les cinq autres départements de la région. Marine Le Pen arrive en troisième position avec 12,96% des voix.

A Paris, Emmanuel Macron est arrivé en tête (35,33%) et remporte 13 arrondissements dont les beaux quartiers, historiquement à droite. Eric Zemmour (8,16%) est arrivé deuxième dans les VIIe, VIIIe et XVIe arrondissements, où il atteint même 17,48%. Jamais dans la capitale un candidat d’extrême droite n’avait atteint un tel score.

Comme en 2017, Mélenchon (30,09%) a gagné les XIXe et XXe arrondissement, mais également cinq nouveaux arrondissements. La maire de Paris Anne Hidalgo arrive, quant à elle, en septième position dans la capitale avec 2,17%.

En Ile-de-France, la présidente de la région, Valérie Pécresse, atteint les 6,20%. Dans son département des Yvelines, elle dépasse à peine 8%, tandis que dans ses fiefs de Vélizy-Villacoublay et de Versailles, elle atteint tout juste 11% et 14%. Dans les quartiers populaires du département, comme Trappes ou Mantes-la-Jolie, Mélenchon l’emporte largement.

A Versailles (33,05 %), Maisons-Laffitte (42,19%), dans les Yvelines, Boulogne-Billancourt (45,62%) et Marne-la-Coquette (45,98%), dans les Hauts-de-Seine, Emmanuel Macron arrive en tête, loin devant Valérie Pécresse.

La Seine-Saint-Denis est également remportée largement par le leader de La France Insoumise, avec 49,09%, avec des scores impressionnants à Bobigny (60,14%) ou à Saint-Denis (61,13%). Le taux d’abstention y est, en outre, le plus haut de la région, avec 30,21 %.

En Seine-et-Marne, le département le plus rural de l’Ile-de-France, Jean-Luc Mélenchon est arrivé également en tête avec 25,86%, juste devant Emmanuel Macron (25%) et Marine Le Pen (23,57%). Dans le Val-de-Marne, l’ancienne “banlieue rouge”, perdue par les communistes lors des dernières élections départementales, a profité sans surprise à Jean-Luc Mélenchon (32,67%), devant Emmanuel Macron (29,10 %).

Dans le Val-d’Oise, le candidat de La France Insoumise se place également en tête, avec 33,17% des voix. En Essonne, il devance de peu Emmanuel Macron (28,09% contre 27,66%). Enfin, contrairement à 2012 et 2017, le candidat souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, n’arrive pas en première position à Yerres (Essonne) dont il est député-maire. Il n’obtient que 10,81 % et arrive à la quatrième place.

Résultats en Provence-Alpes-Côte-d’Azur

La candidate du rassemblement National, Marine Le Pen, confirme son implantation en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, même si les grandes villes de la région lui résistent toujours. Comme en 2017, elle a en effet frôlé le grand chelem, au premier tour de la présidentielle, en remportant cinq des six départements.

Au niveau régional, Marine Le Pen a drainé 27,59% des suffrages, presque un point de moins qu’en 2017 (28,16%), sans doute en raison de la présence, cette année, d’un autre candidat d’extrême droite, Eric Zemmour, qui a attiré 11,71% des bulletins de vote. Elle devance de quatre points Emmanuel Macron  (23,34%) et de près de huit points Jean-Luc Mélenchon (19,77%).

Battue dans la plupart des grandes villes de la région, Marine Le Pen a été devancée par Jean-Luc Mélenchon à Marseille et à Avignon, comme en 2017. Victorieuse à Nice il y a cinq ans, elle a cette fois été battue par le chef de l’Etat dans le fief de Christian Estrosi, ex-Les Républicains passé dans le camp présidentiel. La seule grande ville où s’impose la candidate du Rassemblement National est Toulon, d’Hubert Falco, lui aussi parti des Républicains vers Emmanuel Macron.

A Marseille, c’est une nouvelle fois Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France Insoumise qui l’a emporté, avec 31,12% des voix, soit une progression de plus de six points, loin devant le chef de l’Etat (22,62%) et Marine Le Pen (20,89%), privée de sa deuxième place par les 11% d’Eric Zemmour. Pour Benoît Payan, le maire socialiste de Marseille, le message est clair pour le second tour: “Sans hésitation, je ferais barrage à l’extrême-droite en votant Emmanuel Macron.”

Election présidentielle 2022 (France entière)

Résultats du premier tour* (% des suffrages exprimés)

Inscrits: 48.747.914 – Abstentions: 12.824.135 (26,31%)

Votants: 35.923.779 – Blancs: 543.638 – Nuls: 237.023 – Exprimés: 35.143.118

Emmanuel Macron: 9.785.578 voix soit 27,84% (20,07% des inscrits)

Marine Le Pen: 8.136.369 voix soit 23,15% (16,69% des inscrits)

Jean-Luc Mélenchon: 7.714.949 voix soit 21,95% (16,69% des inscrits)

Eric Zemmour: 2.485.935 voix soit 7,07% (5,10% des inscrits)

Valérie Pécresse: 1.679.470 voix soit 4,78% (3,45% des inscrits)

Yannick Jadot: 1.628.337 voix soit 4,63% (3,34% des inscrits)

Jean Lassalle: 1.101.690 voix soit 3,13% (2,26% des inscrits)

Fabien Roussel: 802.615 voix soit 2,28% (1,65% des inscrits)

Nicolas Dupont-Aignan: 725.356 voix soit 2,06% (1,48% des inscrits)

Anne Hidalgo: 616.651 voix soit 1,75% (1,26% des inscrits)

Philippe Poutou: 268.984 voix soit 0,77% (0,55% des inscrits)

Nathalie Arthaud: 197.184 voix soit 0,56% (0,40% des inscrits)

*Résultats communiqués par le ministère de l’Intérieur. En raison des arrondis à la deuxième décimale, la somme des pourcentages peut ne pas être égale à 100%.

Election présidentielle 2017 (France entière)

Résultats du premier tour* (% des suffrages exprimés)

Inscrits: 47.582.183 – Abstentions: 10.578.455 (22,23%=

Votants: 37.003.728 – Blancs: 659.997 – Nuls: 289.337 – Exprimés: 36.054.394

Emmanuel Macron: 8.656.346 voix soit 24,01% (18,19% des inscrits)

Marine Le Pen: 7.678.491 voix soit 21,30% (16,14% des inscrits)

François Fillon: 7.212.005 voix soit 20,01% (15,16% des inscrits)

Jean-Luc Mélenchon: 7.059.951 voix soit 19,58% (14,84% des inscrits)

Benoît Hamon: 2.291.288 voix soit 6,36% (4,82% des inscrits)

Nicolas Dupont-Aignan: 1.605.000 voix soit 4,70% (3,56% des inscrits)

Jean Lassalle: 435.301 voix soit 1,21% (0,91% des inscrits)

Philippe Poutou: 394.505 voix soit 1,09% (0,83% des inscrits)

François Asselineau: 332.547 voix soit 0,92% (0,70% des inscrits)

Nathalie Arthaud: 232.384 voix soit 0,64% (0,49% des inscrits)

Jacques Cheminade:  65.586 voix soit 0,14% (0,14% des inscrits)

*Résultats proclamés par le conseil constitutionnel. En raison des arrondis à la deuxième décimale, la somme des pourcentages peut ne pas être égale à 100%.

Résultats du deuxième tour* (% des suffrages exprimés)

Inscrits: 47.568.693 – Abstentions: 12.101.366 (25,44%)

Votants: 35.467.727 – Blancs: 3.021.499 – Nuls: 1.064.225 – Exprimés: 31.381.603

Emmanuel Macron: 20.743.128 voix soit 66,10% (43,61% des inscrits)

Marine Le Pen: 10.638.475 voix soit 33,90% (22,36% des inscrits)

*Résultats proclamés par le conseil constitutionnel. En raison des arrondis à la deuxième décimale, la somme des pourcentages peut ne pas être égale à 100%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

19 + 18 =