Jean-Luc Melenchon (Photo by Patricia Huchot-Boissier/ABACAPRESS.COM)

Le programme de la Nupes s’apparente à un jeu de dupes même s’il est payant électoralement à court terme. Pour notre pays, le danger est bien réel. Pour l’économie, ce serait un désastre. On ne passerait pas loin d’une grave crise financière.

C’est assez simple. Sur la quasi-totalité des sujets, le leader des Insoumis propose l’exact contraire de ce dont notre pays a besoin ;

– Il y a trop de fonctionnaires (record des pays développées) : il veut les augmenter.
– Il y a trop d’impôts (record des pays développés) : Mélenchon veut accroître les prélèvements.
– Il y a de l’inflation : il veut bloquer les prix (on a réussi à sortir de cette mesure communiste qui mène au sous-développement).
– Le pays est surendetté : Mélenchon va accroître les déficits publics avec 332 milliards de dépenses supplémentaires.
– L’Éducation nationale est à consolider : il veut la déconstruire sur des programmes incertains.
– Le pays est centralisé et hyper-réglementé : il veut encore plus de contrôles.
– L’immigration clandestine est en fort développement : il veut ouvrir les frontières sans limites.
– Les incivilités se développent partout : il veut désarmer la police …

J’en passe et des meilleures. Alors, certes, on peut toujours chercher à enrober un tel programme avec l’onction d’« économistes en chambre », d’universitaires amis ou d’autres alliés de circonstance. La potion amère ne peut produire que des résultats délétères sur l’état du pays qui n’en a pas vraiment besoin. D’ailleurs, on pourrait s’interroger sur le fait qu’ aucun pays voisin ne se soit hasardé à une telle mixture idéologique. Dieu les en préserve.

Cela rappelle un peu la mesure des 35 Heures, administrée de force en France par Martine Aubry, et qui a mis à genoux notre tissus économique sans parler des hôpitaux qu’elle a complètement désorganisés.

La chance de ce programme illusoire, fantaisiste et à contre-sens est de pouvoir prospérer dans une atmosphère passablement désillusionnée où le peuple ne fait plus confiance à ses élites. Et où les partis traditionnels ne défendent plus les conditions de notre prospérité à tous. Là où Macron imagine un programme incertain, attrape-tout, et sans valeurs enracinées, les LR voire le RN ne sont pas non plus vraiment en phase avec les besoins profonds de notre tissu productif.

Deux exemples illustratifs : les Républicains ne proposent même pas dans leur programme la suppression de l’impôt de production (40 milliards) qui pèse en plus sur notre appareil productif. C’est pourtant une priorité. Quand au Rassemblement National, ce n’est pas mieux et de rappeler à ses électeurs populaires la nécessité d’un Impôt sur la Fortune alors que celui- ci a contribué à vider de sa substance le pays de nos meilleurs éléments entepreneuriaux. (Je connais un grand entrepreneur qui a même du prendre la nationalité belge. Authentique). Cela n’est pas raisonnable.

Que voulons nous ? Répondre à des oukases idéologiques ou proposer de véritables solutions à notre redressement collectif. Observez la puissance industrielle d’un petit pays comme la Suisse ! Ce n’est qu’un exemple. On connaît les bonnes mesures à prendre, n’est- ce pas cher Christian Saint-Etienne, (sans doute l’un de nos meilleurs économistes du moment) ?

Quoiqu’il en soit le mal est fait. Mélenchon et sa Nupes par le discours revanchard, vindicatif quand ce n’est pas violent « la police tue » met à mal l’équilibre même de notre pays. Même s’il n’a pas la majorité, ce qui reste peu probable, les stigmates créées dans l’opinion laissent des traces nauséabondes.

À ce sujet, l’accommodement des médias (dénoncées à juste titre par l’avocat Gilles- William Goldnadel ou Yves Thréard dans Le Figaro) en dit long sur la Mélenchonisation des esprits surtout dans une partie de notre jeunesse en recherche d’idéal. Cette culture vindicative a de quoi inquiéter et je ne parle pas des accommodements troubles avec les courants islamistes, décoloniaux voire wokes, qui font tant de mal de l’autre côté de l’Atlantique en contribuant à fragmenter un peu plus la société.

On est loin du modèle républicain français. Au final, la seule chose qui est bien dans ce programme attrape-tout et démagogique reste la nécessité d’un grand plan pour mieux exploiter notre vaste domaine maritime ; le deuxième du monde. Il est bien Mélenchon quand il prend le large. La France n’a pas besoin de nouvelles chimères. Elle doit travailler si elle veut repartir loin et haut. C’est possible si tout le monde se réveille.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

seize + 3 =