Qu’on se le dise ! L’Auvergne n’a pas dit son dernier mot. Au-delà de leurs volcans naturels et de leur glorieux passé industriel, les entrepreneurs du centre sont bien décidés à miser sur leur nouvelle popularité auprès des Français pour relancer leur région.

Gare aux idées reçues. S’il est une région gauloise, c’est bien celle des Arvernes, l’une des tribus les plus connues de l’Antiquité grâce notamment au chef Vercingétorix et à sa fameuse victoire de Gergovie, situé au sud de la Clermont-Ferrand actuelle. Cette région située au cœur de la France sent bon l’histoire. Quelque peu oubliée au sein d’une nature généreuse et volcanique, elle a su se réinventer. Habitée depuis plus de 15 000 ans, sa population est aujourd’hui de 1 365 000 habitants.

En finir avec la diagonale du vide

Certains démographes ont parlé à une époque de « diagonale du vide » en France, une expression qui s’est transformée en diagonale de « faibles densités » de populations. Cette droite a été quelque peu tronquée pour désigner aujourd’hui un trait qui commence en Lorraine pour rejoindre le Massif Central. Il convient de mesurer ces propos, le dernier recensement mettant en avant des différences entre les départements. Sans surprise, c’est le Puy-de-Dôme qui concentre à lui seul la moitié de la population auvergnate, grâce à l’attractivité de Clermont-Ferrand ; la tendance démographique y est positive, tout comme en Haute-Loire. Il en va autrement de l’Allier et du Cantal, deux départements qui ont perdu des habitants depuis 2012.

Des champions auvergnats

Difficile d’évoquer l’Auvergne sans penser au géant économique Michelin, attaché à ses racines. Ce serait cependant mal connaître la région que de la réduire à cette entreprise, si belle soit-elle. En Auvergne, on rencontre des poids lourds de l’économie française, tels Limagrain et ses semences, Aubert et Duval dans le secteur aéronautique, MSD-Chibret pour la pharmacie, le très connu Valeo, le Groupe Omerin, spécialiste des câbles, sans oublier le secteur de la viande avec Bigard et Socopa, et bien d’autres ; autant d’acteurs qui exportent en masse.

Des pépites qui innovent

D’autres entreprises moins connues sont des maillons indispensables du tissu économique auvergnat. On peut évoquer quelques noms qui prouvent que l’innovation en région n’est pas qu’un mot en terre auvergnate.

Allegorithmic

Parmi les pépites du moment, on trouve une entreprise peu connue du grand public installée dans la capitale auvergnate. Elle est pourtant un leader mondial en matière de logiciels 3D, technologie prisée de secteurs en croissance, tels que jeux vidéo et films d’animation. La société, née au tout début des années 2000, compte déjà une centaine de salariés installés en France, mais aussi partout dans le monde.

Les 4 cofondateurs ont choisi un secteur en croissance et su faire la preuve de leurs compétences. Sébastien Deguy, l’un d’entre eux, explique que le logiciel Substance Designer a permis de simplifier le travail de ses clients, un produit super efficace qui a su trouver son public presque immédiatement. Pour preuve, il est utilisé par des jeux vidéo aussi populaires que Call of Duty ou Assassin’s Creed. En 2017, la société enregistrait déjà un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros.

Le succès se solde souvent par l’intérêt de grands du secteur. C’est ce qui est arrivé pour Allegorithmic, racheté par Adobe, l’éditeur du célèbre Photoshop en janvier 2019. L’occasion pour Sébastien Deguy de découvrir la vie du côté de San Francisco, en tant que vice-président d’Adobe en charge de la 3D. Mais l’équipe auvergnate a été préservée, puisqu’elle est toujours bien présente en plein centre-ville de Clermont-Ferrand.

Piganiol

Vous voulez un parapluie made in France, traditionnel dont le savoir-faire remonte au XIXe siècle ? La réponse se trouve en Auvergne avec Piganiol, entreprise du patrimoine vivant née en 1884. Cinq générations et des parapluies solides, clairement haut de gamme avec une orientation qui s’affirme sur le secteur du luxe. C’est à Aurillac, dans le Cantal, que sont fabriqués ces objets du quotidien. Aurillac souvent citée par les présentateurs météo pour ses températures hivernales a développé des parapluies capables de résister à tous les temps.

Cette production artisanale propose une grande gamme de produits, et quelques fleurons comme « l’Aurillac » et le parapluie de Berger. C’est la cinquième génération qui tient les rênes de l’entreprise depuis 2003 : Matthieu Piganiol a modernisé la production après que sa mère, Martine, ait fait de cet accessoire un objet mode, reconnu jusqu’au Japon. Piganiol fabrique entre 40 000 et 50 000 parapluies annuellement pour un chiffre d’affaires avoisinant les 4 millions d’euros.

Dômes Pharma

Installée en Auvergne, Dômes Pharma s’est spécialisée dans la santé animale. Cette entreprise familiale comme beaucoup, créée après-guerre en 1947, a connu un vrai succès avec sa marque Biocanina avant de se diversifier. Elle est aujourd’hui dirigée par Anne Chauder, la troisième génération, qui a mené à bien le rachat de Wanimo, permettant au groupe de prendre un nouvel envol. Avec quelques 360 collaborateurs, Dômes Pharma réalise 80 millions d’euros de chiffre d’affaires.

L’entreprise de Pont-du-Château a renforcé sa stratégie à l’international avec la création d’une filiale qui doit voir le jour à Berlin pour être opérationnelle dès 2021. Ce laboratoire français est leader sur les produits ophtalmologiques, antitoxiques et neurologiques à destination des animaux. Depuis la création de son unité en Grande-Bretagne, elle est en train de prendre des parts de marché outre-Manche sur le secteur de l’ophtalmologie. En Allemagne, la présidente va développer les antitoxiques avant d’élargir la gamme. Cette présence à l’export va sans doute permettre au groupe de bien passer cette année 2020 compliquée. La prochaine phase devrait être américaine, avec le Canada.

Omnium Technique Industries (Oviance)

Il faut savoir compter sur les atouts régionaux, c’est ce qu’a compris Rémi Bourdier en créant Omnium Technique Industries. Dès ses débuts, l’entreprise s’est appuyée sur le groupe Michelin à qui elle propose des offres autour de différents produits, dont les capteurs. OTI grandit, évolue et connaît une seconde phase à partir de 2006 pendant laquelle elle agit en tant qu’acteur pour relever et entretenir les compteurs de gaz et électricité sur la région en lieu et place d’EDF et GDF, une vraie opportunité.

Rémi Bourdier rassemble les différentes activités dans le groupe Oviance. Nommé président du Réseau Entreprendre Auvergne l’an dernier pour trois ans, il est connu pour son enthousiasme et son optimisme à toute épreuve, même si comme tout chef d’entreprise, il a connu des moments de crise avant de réussir à redresser la barre. Cet entrepreneur hors pair a créé un groupe employant 1200 personnes pour un chiffre de 45 millions d’euros. Un businessman atypique qui a fait preuve d’originalité en participant à l’époque à l’émission « Patron incognito » sur M6.

La filière bois, une valeur sûre

Auvergne-Rhône-Alpes est la troisième région en surface forestière et la première en production utile. La filière bois fait partie des ressources économiques traditionnelles de l’Auvergne, et reste une valeur sûre. A tel point que les acteurs sont aujourd’hui en manque de main d’œuvre et ont pris des initiatives pour tenter d’attirer de nouveaux talents : ils organisent des visites en forêt afin de créer des vocations. Le personnel est en effet difficile à recruter dans le domaine forestier à proprement parler ou dans les scieries. Comme sur tout le territoire national, ce sont les métiers qui ne requièrent pas de diplômes particuliers où l’on rencontre le plus de difficultés en termes de main d’œuvre. Voici donc un secteur porteur qui recherche des salariés motivés.

Dix stations thermales qui comptent

L’Auvergne est terre d’eau, minérale évidemment, avec des marques aussi connues que Volvic, Vichy, Chateldon ou Rozana, mais aussi terre de villes d’eaux. Des stations thermales qui ont connu de belles heures telles que la Bourboule ou le Mont-Dore, mais qui connaissent aujourd’hui des difficultés en termes d’attractivité et d’économie. Elles sont pourtant situées dans des régions préservées qui connaissent un regain d’intérêt de la part des Français.

L’été de tous les records !

Terre d’espaces naturels parfaits pour respirer et respecter les distanciations physiques en pleine pandémie, l’Auvergne a fait le plein tout l’été, plébiscitée par les touristes, français pour la plupart. Les habitants de cette belle région sont d’ailleurs en accord avec cette nouvelle appréciation : 97% d’entre eux (étude OpinionWay) ont une perception positive de leur lieu de vie. Ils mettent en avant l’environnement naturel, la qualité de l’air, le calme, la sécurité, tout comme la gastronomie ou la vie culturelle. Ce n’est donc pas un hasard si cinq amis originaires de Haute-Loire sont devenus en début d’année les champions de France… du barbecue ! L’Auvergne est indéniablement un territoire à (re)découvrir.

V.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

1 × 4 =