latecoere

Fleuron de l’industrie française, l’équipementier aéronautique toulousain, fondé en 1917, devrait passer sous pavillon américain. Le fonds d’investissement Searchlight a en effet lancé une OPA pour s’emparer de l’entreprise toulousaine.

Latécoère, équipementier français « historique » de l’aéronautique, fournisseur de premier rang d’Airbus et Boeing, est en passe d’être racheté par un fonds américain Searchlight. Ce dernier a proposé une offre publique d’achat (OPA), au prix de 3,85 euros par titre. Depuis avril, le fonds américain possède 26 % du capital de l’équipementier aéronautique français, avec une injection s’élevant à 106,8 millions d’euros.

L’entreprise toulousaine a mandaté un expert indépendant afin d’étudier les conditions financières de l’offre qui valorise Latécoère à 365 millions d’euros. Certains observateurs jugent cette offre faible au regard du chiffre d’affaires de l’entreprise (659 millions d’euros en 2018). Mais l’équipementier français, qui s’est offert à Toulouse une usine ultra moderne — elle produira des pièces en aluminium destinées à Dassault, Embraer, Airbus ou Boeing —, est soumis à de fortes turbulences. Si Latécoère a enregistré un regain de croissance au premier trimestre 2019 (+16,8 %), son bénéfice net s’est effondré en 2018 (- 80 %). La suppression de 200 emplois en France dans le cadre du plan « Transformation 2020 » est une autre preuve de la passe délicate traversée par l’industriel français.

Le déclenchement de l’OPA devrait en tous les cas prendre plusieurs mois, car l’offre de Searchlight ne sera déposée qu’au troisième trimestre 2019 auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici