La France, eldorado des Migrants

Tribune. Depuis la Révolution, la France est le pays des Droits de l’Homme… où le droit d’asile ne peut être contesté.

Néanmoins, le siècle dans lequel nous vivons nous confronte chaque jour à une arrivée massive de Migrants et nous oblige à prendre des décisions difficiles pour notre conscience !

L’eldorado n’est plus l’Amérique mais bien la communauté Européenne avec comme pays les plus ciblés l’Allemagne , l’Angleterre (ex membre) et bien sur la France.

Ces hommes et ces femmes ne sont plus des réfugiés politiques mais bien des réfugiés économiques fuyants leurs pays déstabilisés par une gestion d’état déplorable.
Bien souvent ces Migrants connaissent mieux les aides et droits sociaux que nos propres concitoyens et de ce fait savent parfaitement réclamer dans les administrations concernées.

Cette Administration Française qui nous ferme bien souvent ses portes et sa communication alors que  pour des raisons de complaisance, l’Etat les ouvre bien volontiers à cette population non désireuse de s’intégrer complètement.

Il y a eu des exceptions à cette opportunisme migratoire, rappelons-nous les Italiens , les Polonais ,les Espagnols, les Portugais et les Vietnamiens.
Richelieu principal Ministre de Louis XIII en 1624  envoya nos compatriotes en nouvelle France au Canada découvert par Champlain quelque temps avant.
Ces colons Acadiens y fondèrent ce que nous connaissons maintenant un magnifique pays multiculturaliste dont les Anglais furent également les propriétaires.
Les Migrants Français de cette époque venus pour le commerce de peau apportèrent néanmoins avec eux la civilisation et le progrès social.

Force est de constater que l’on ne peut pas en dire autant des vagues de candidats à la carte de séjour qui déferlent sur nous actuellement. Cependant, oui, il nous faut secourir la misère. Mais pas à n’importe quel prix. Et si le Qatar ou la Corée du Nord faisaient un effort pour les accueillir ?

Jean Luc Cadeddu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quatorze − 13 =