La lune de miel entre sarkozistes et macronistes est-elle terminée ?

Est-ce le jugement récent à l‘encontre de son ami Nicolas Sarkozy qui met l’ancien ministre de l’intérieur dans cet état ? Toujours est-il que le député européen, âgé de 62 ans, fidèle des fidèles, n’y va pas par quatre chemins pour formuler de sévères critiques à l‘encontre de la politique migratoire suivie durant le quinquennat Macron, et sans prendre de gants.

Oubliée l‘entente cordiale qui semblait présider aux relations entre les deux présidents et leurs proches ? Est- ce que la décision judiciaire estimée par beaucoup de commentateurs comme particulièrement sévère à l’encontre de Nicolas Sarkozy n‘a pas  servi de catalyseur pour libérer la parole des Sarkozystes. Rappelons que c‘est le Chef de l‘Etat qui nomme le président du Parquet National Financier ( PNF) tant décrié dans cette affaire comme dans l’affaire FIIlon et dont beaucoup demandent la suppression. Rappelons ausdi que c‘est un proche des deux présidents, Gérald Darmanin qui dirige le ministère de l’intérieur.Ce n‘est pas innocent non plus.

Il n’est pas anodin de voir l’ancien hôte de Beauvau se montrer aussi critique sur un sujet aussi sensible pour l’opinion que l’est la politique en matière d‘immigration

Ecoutons-le, ses propos, dans une interview donnée au Figaro, sont accablants pour le successeur de François Hollande :

« Cinq ans de présidence Macron, ce sera autour de 2 millions de migrants supplémentaires, soit plus de deux fois la ville de Marseille. Les discours abondants sur la maîtrise des fluxs sont totalement démentis par la réalité et les chiffres de 2020 ( 302 204 entrées régulières contre 415 826 en 2019) sont en trompe-l’œil. Cette baisse est due à l‘effet Covid et j‘affirme que nous subirons un fort rebond dès la sortie de la crise…Par ailleurs, rien n‘est fait pour restreindre le regroupement familial qui concerne 72 245 personnes. Rien n‘est fait non plus pour supprimer l‘acquisition automatique de la nationalité française par mariage -25 200 en 2019- dont on connaît les dérives. Rien n‘est engagé pour reconduire les déboutés au droit d‘asile dont la Cour des Comptes évalue à 5% seulement la réalité des expulsions. Au total, jamais il n’y a eu autant d’immigrés dans notre pays, à ce jour entre 6 et 7,5 millions. L‘Etat a perdu le contrôle de l‘immigration.

En taillant en pièces la politique migratoire d ‘Emmanuel Macron, on Imagine mal le bras droit de Nicolas Sarkozy avoir agi seul sans s‘être concerté au préalable avec son son fidèle mentor et ami. En ce sens, on peut aisément interpréter cette déclaration de guerre comme une vraie rupture entre les deux présidents. Un fait essentiel dans la perspective des prochaines présidentielles d’autant que Brice Hortefeux se montre plutôt favorable à l’organisation de primaires tout en laissant ouvert les scénarios.

En attendant, gageons que la politique en matière d‘immigration devienne un des enjeux essentiels du prochain scrutin présidentiel.

Gerard Meftah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

trois + 15 =