Emmanuel Macron lors du 5ème sommet "Choose France" le 11 juillet 2022 à Versailles, France (Photo Jacques Witt/Pool/ABACAPRESS.COM)

Contrairement à ce que pense notre président de la République, Emmanuel Macron, qui se croit obligé de parler Anglais quand il se rend en Algérie (ce que Jacques Chirac aurait refusé de faire à n’en pas douter) ou qui croit habile de baptiser du nom anglais de « Choose France » au lieu d’un « Bienvenue en France » un sommet pour attirer les investisseurs internationaux dans notre pays.

Remarquez qu’il il n’est pas le seul à agir ainsi. Notre confrère BFM Business multiplie les anglicismes à l’antenne croyant faire bien pour singer CNN Business.

Au Québec, l’émission matinale s’appelle « Comment vont les affaires ? » au lieu de « Good Morning Business ». N’est-ce pas cher Christophe Jakubyszyn ?

Les exemples d’anglicisme à tous crins nous envahissent alors, c’est un paradoxe, que notre langue (350 millions de locuteurs dans le monde) va être à l’avenir l’une des plus parlées de la planète grâce en autres à l’essor démographique de l’Afrique.

Mais, nous ne y trompons, renoncer à la langue française dans nombre de nos appellations, marque aussi un signe affiché de renoncement à une conquête culturelle qui précède souvent l’économique. Les Américains l’ont compris depuis longtemps. Souvenons-nous qu’apres guerre, une des premières choses qu’ils ont faites a été de chercher à imposer leurs pubs et leurs films sur le continent européen.

Une prise de conscience est en cours. L’association Francophonie avenir (Afrav), en s’appuyant sur la loi Toubon de 1984, intente même un procès à l’Etat devant le tribunal administratif de Paris pour que le label « French Tech » soit rebaptisé dans la langue de Molière. La loi Toubon, rappelons-le, impose que la langue française soit utilisée comme « langue de l’enseignement, du travail, des échanges et des services publics ».

Une mise au point qui ne peut que faire du bien. Plus globalement, nos entrepreneurs doivent aussi comprendre que la langue française reste un magnifique atout d’attractivité à l’international, et certainement pas le contraire. So French, comme disent les Anglais. Le Français, c’est chic !

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

16 − quatorze =