C’est ce type d’entreprises qu’il faut exonérer des droits de succession comme en Allemagne.

C’est précisément le type d’entreprise familiale cochant toutes les cases au plan de l’investissement, de l’emploi, de l’investissement et de l’exportation de ce qu’on aimerait voir se multiplier dans notre tissu économique.

Ducerf, entreprise de sciage et de transformation du bois (chêne principalement) depuis 1885 dans le Charolais, à Charolles, est repris et relancé avec succès par Edouard Ducerf, un sup de Co Montpellier de 34 ans, représentant de la cinquième génération en lui donnant une forte impulsion !

Le secteur du bois, activité où notre pays dispose du plus beau massif forestier d’Europe, reste un secteur où il y a beaucoup à faire notamment dans le secteur de la transformation sans même parler de la construction immobilière (voir par exemple l’essor de Woodeum de Guillaume Poitrinal) En misant sur l’international, Ducerf, qui réalise 55 % de ses ventes à l’export (Chine, Vietnam..) a sauvé son année 2020 (avec 35 millions de chiffre d’affaires). Pour automatiser certaines tâches, le jeune patron annonce investir 8 millions d’euros dans les 3 ans pour moderniser ses ateliers et accroitre leurs capacités, et recruter 20 salariés.
Créneau, export, investissement, et continuité familiale, le groupe bourguignon coche toutes les cases ! C’est ce type d’entreprises locales qui doit inspirer nos politiques pour pouvoir exonérer les taxations des transmissions des entreprises familiales comme cela existe chez nos grands voisins industriels (Allemagne, Suisse ou Italie !). Il faut savoir ce que l’on veut.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

deux × deux =