Admiré par les chercheurs du monde entier mais controversé en France, l’infectiologue Didier Raoult s’apprête à publier ses Carnets de guerre Covid-19. Sous-titré Le plus grand scandale sanitaire du XXIe siècle, son ouvrage tombe au plus mal pour le tandem Macron-Castex englué dans une campagne de vaccination qui peine à convaincre.

« Le professeur Raoult est peut-être compètent, mais il est mégalo… Il n’a qu’un seul objectif : faire parler de lui, encore et encore. » Lâchée par un haut fonctionnaire du ministère de la Santé, cette confidence résume parfaitement l’agacement qui règne au sommet de l’État lorsqu’on évoque le nom du directeur de l’IHU Méditerranée Infection.

Alors que le gouvernement hésite entre confinement, déconfinement et reconfinement, le chercheur marseillais, lui, refait parler de lui. En publiant l’ensemble de ses prises de paroles depuis le début de la pandémie en janvier 2020, Didier Raoult entend démontrer qu’il est « urgent de revoir totalement la politique sanitaire française. »

Gestion calamiteuse

Sur plus 470 pages, le chercheur revient en détail sur ses combats : l’hydroxychloroquine, les publications scientifiques orientées, l’intrusion du Conseil de l’ordre des médecins, la gestion calamiteuse de la crise sanitaire.

En interdisant le traitement du Covid par l’hydroxychloroquine, les autorités sanitaires ont-elles cédé aux intérêts des grands laboratoires, peu emballés par ce médicament sans danger mais jugé peu rentable ? C’est l’une des questions que pose Didier Raoult dans cet ouvrage. La gestion de la crise sanitaire par le gouvernement d’Edourd Philippe, puis de Jean Castex, est, elle aussi, violemment remise en cause par le célèbre professeur : « Ce confinement où les patients « positifs » contaminent leurs proches indemnes et attendent de ne plus pouvoir respirer pour qu’on les emmène en réanimation… »

Pour l’infectiologue, les dirigeants français ont manqué de sang-froid face à la pandémie : « Il était inutile d’affoler les populations. Quand on est trop nerveux, on ne prend pas les bonnes décisions. » Cet ouvrage au vitriol ne fera pas que des heureux.

Carnets de guerre Covid-19 (Editions Michel Lafon, 473 pages, 19,95 €)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quatre + neuf =