Knorr à la recherche d’un repreneur pour son usine alsacienne

Le retour du fait maison et l’essor des soupes bio artisanales (La Ferme d’Anchin, Marcel Bio, Open Food…) est-il à l’origine de la décision surprise du géant britannique Unilever (Magnum, Amora, Dove…) — 150 000 collaborateurs de par les monde, 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires — de fermer son usine alsacienne ?

La nouvelle a fait l’effet d‘une douche froide dans la petite commune du Bas-Rhin de Duppigheim (1 700 habitants), située entre Strasbourg et Obernai, où l’usine fait vivre toute la bourgade et ses alentours avec un effectif de 261 salariés. Même si le marché des soupes industrielles connaît une certaine décroissance, les bons chiffres du concurrent Liebig, marque détenue par l’espagnol Gbfoods, laisse entrevoir des perspectives à condition de savoir bien coller aux attentes changeantes des nouveaux consommateurs.

Cette fermeture coup de massue marque un bel échec pour la multinationale anglo-néerlandaise, même si officiellement la direction réfute tout lien avec le Brexit. Celle-ci assure être en recherche active d’un éventuel repreneur. Le leader français Créaline (groupe Agrial), 150 salariés à Lessay (Manche), a démenti avoir engager des pourparlers avec le géant multinational. À suivre.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

cinq × 3 =