Comme Jean-Luc Cadeddu, le secret est de rester en mouvement !

Être entrepreneur n’est pas un statut en soi, mais relève avant tout de l’état d’esprit, tourné vers les projets, la construction, ou le devenir. Le maire-adjoint de Maisons-Alfort (commune de 55 000 habitants dans le Val -de-Marne) est tout sauf inactif.

À 70 ans passés, ce conseiller territorial garde plus d‘une idée en tête. Lors d’un déjeuner « Chez Françoise », la cantine du tout Paris de la politique et des affaires de Maître Mousset, situé sous l’esplanade des Invalides ; tout semble y passer. Il veut m’y faire rencontrer prochainement des amis, le commandant Prouteau et l‘ancien secrétaire général de François Mitterrand, Jean- Louis Bianco, qui ont visiblement encore des secrets d‘État à me dévoiler. Voilà quelqu‘un qui sait aiguiser notre appétit. Cela tombe bien, nous n‘avons pas encore commencé avec les huîtres Marennes Oléron. À côté de nous, François Baroin, l‘ex futur président de la République, devenu patron de Barclays Bank France, étrenne son job de banquier avec une tablée de startuppers ambitieux. Personne n’est parfait. Cadeddu, lui, m’expose son projet de « Festival de Cannes du film animalier » qu’il veut organiser dans sa ville, celle de la fameuse école vétérinaire. L’idée est astucieuse, la SPA et l‘écrivain producteur télé (ex libris) Frédéric Lepage sont déjà de la partie. Cela devrait se faire.

Cadeddu est un homme de réseaux. Il connaît la terre entière. De son passé d‘assureur, cet autodidacte a dû gravir les échelons. Lui, le petit fils d’ouvrier immigré communiste venu de Sardaigne, n’a pas cessé d’apprendre et de travailler tout au long de son existence. À l’écouter : « quand on n‘a pas de diplômes, on croit qu’on sait moins bien que les autres. Du coup, on travaille bien plus ». Lui est même devenu patron de la filiale française du géant allemand de l’assurance Allianz. Il a rencontré de nombreux chefs d’entreprises, à commencer par le maître du pain, le fameux Éric Kayser : « lui, il n’arrête pas. Vous vous rendez compte, il se lève à 3 heures chaque matin ! »

On n‘a rien sans rien. Membre de l’UDI, il a travaillé avec Jean-Louis Borloo, « un esprit super intelligent mais un peu imprévisible et à éclipses. Il est capable de ne plus donner de nouvelles pendant 6 mois ! ». On en est là « mais le plus grand politique que je n‘ai jamais rencontré, c’est André Rossinot, l’ancien maire de Nancy devenu président du Parti Radical et ministre de la Fonction politique d’Edouard Balladur. Celui-là, c‘est un géant. Il est passé à côté d‘un immense parcours. »

Jean-Luc Cadeddu est un modéré capable de se passionner. Féru d‘histoire, il est fasciné par la Révolution française. Une période marquante de notre histoire sur laquelle il a déjà réalisé 20 podcasts consultables sur l’appli de France Culture : « Je n’arrive pas à comprendre comment un épisode aussi sanglant a pu générer dans le même temps autant d’avancée sociales… »

Avoir coupé la tête de nos dirigeants est un poids que nous continuons sans doute encore aujourd’hui inconsciemment de porter. On l’a vu dans l’épisode récent des Gilets jaunes. Toujours en mouvement, c’est le secret…

Robert LAFONT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

19 − 11 =