Après le retour surprise de la marque Alpine en Formule 1, et le lancement de nouveaux modèles, après la 110, produits dans l’usine de Dieppe (360 salariés) en Seine-maritime, Luca de Meo, le dynamique président de Renault veut faire de la marque française un vrai challenger à Porsche dans les années qui viennent.

Et de demander à Laurent Rossi,Harvard de 48 ans, le nouveau patron d’Alpine de passer au tout électrique en accélérant la sortie de modèles et notamment d’un Crossover citadin de 500 chevaux, tout électrique avec une autonomie de 400 km, s’appuyant sur le savoir faire de Renault en la matière, et directement concurrent du Porsche Macan.

Cela promet pour le renouveau d’Alpine, qui vient de recevoir le soutien inconditionnel d’Alain Prost, le quadruple champion du monde qui s’exprime dans Le Figaro : « J’aime cette marque et ce qu’elle véhicule. Il faut maintenant la développer, non seulement en Europe mais dans le monde entier. Il y a eu beaucoup de grandes marques françaises, les Talbot, Bugatti, Gordini. Elles font partie de notre patrimoine. C’est la passion et le savoir-faire français. C’est très important de garder cela !« .

Un soutien sans réserve de la part du mythique pilote tricolore qui pourrait donner des idées encore au président de la firme au losange. Un patron qui aime bien s’appuyer sur les marques historiques et qui pourrait songer, après Alpine, à relancer aussi la merveilleux label Gordini. Une société de voitures de courses mythique fondée par Amédée Gordini et repris en 1969 par Renault. La marque est dans les tiroirs. Elle peut permettre à l’ancienne régie de renouer encore plus avec ses années de gloire. Mieux vaut s’appeler Gordini que Renault 8. Cela donne du sens. C’est ce que le consommateur aime…

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

1 + dix-huit =