En investissant à contre-temps, l’entrepreneur girondin fait coup double !

La leçon de l’homme d’affaires bordelais parait limpide. Reprendre à contre-courant de belles enseignes de la distribution au moment où le commerce est en berne et où le e-commerce connaît un essor sans précédent.

C’est très exactement la stratégie menée avec un train d’enfer par Michel Ohayon. Après être devenu actionnaire de référence de l’enseigne de jouets La Grande Récré, il a fait tomber cet été dans son escarcelle, via son holding FIB, le leader français de la distribution textile, Camaïeu et ses 511 magasins. La belle saga de celui qui a commencé comme commerçant franchisé à Bordeaux, avant de racheter les murs de ses magasins, commence à prendre sacrément tournure. En 2018, il a mis la main sur les 22 Galeries Lafayette des villes moyennes.

Michel Ohayon a également investi dans de splendides palaces hôteliers comme le Trianon Palace à Versailles où le Grand Hôtel a Bordeaux, ou le Sheraton de Roissy. A 60 ans, l’entrepreneur, dont la fortune estimée dépasse les 600 millions d’euros, passe à la surmultipliée en s’apprêtant à mettre la main sur les magasins Go Sport (590 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020) que le groupe Casino  (Rallye) met en vente.

La Financière immobilière bordelaise ( FIB) pourrait via un rachat de un euro et la reprise de l’ensemble des dettes, réussir une magnifique opération. Au moment où tout le monde ne parle que d’Internet, Michel Ohayon croit dur comme fer aux magasins en dur, à condition de réussir à en faire des lieux de vie attractifs. Une vraie vision d’entrepreneur qui passe par des idées claires de ce qu’attend le client final quitte à le faire en rupture ou à contre-courant des autres opérateurs. Accessoirement, c’est ce qui permet d’acquérir des affaires à très bon prix. Bien joué l’artiste !

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

6 + 20 =