Je m'abonne

Andros : comment le leader français de la confiture est devenu un géant de l’agroalimentaire

Florian Delmas

Afficher le sommaire Masquer le sommaire

Fondé en 1959 à Biars-sur-Cère, près de Rocamadour, le leader français de la confiture s’est mué au fil des années un géant de l’agroalimentaire. Niché au cœur du lot, cet empire de 2,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires et ses marques iconiques sont en train de passer entre les mains de la troisième génération. Un vrai modèle d’ETI familiale à la française.

Mamie Nova, Bonne Maman, Pierrot Gourmand… À la simple évocation d’Andros, la première chose qui vient à l’esprit, ce sont ses marques emblématiques qui ont traversé les décennies et ont permis au spécialiste français de la confiture de devenir un empire de l’agroalimentaire. Un empire très secret. L’histoire d’Andros a en effet été marquée par une discrétion absolue. Le fondateur du groupe, Jean Gervoson, qui fuyait la presse, avait carrément interdit à son fils, Frédéric, de parler aux journalistes…

Cette discrétion s’explique aussi par la méfiance de la famille Gervoson face à l’appétit des géants de l’agroalimentaire. Tant et si bien que si des millions de Français consomment chaque jour des produits Andros, rares sont ceux à connaître l’histoire (ou les dirigeants) de l’entreprise lotoise. La notoriété d’Andros passe également par le sport et le sponsoring. Le Trophée Andros, créé à l’initiative du pilote Max Mamers et de Frédéric Gervoson, et le partenariat avec l’équipe de rugby du CA Brive Corrèze, en sont les plus beaux exemples.

À lire Rendre accessible les métiers verts, une priorité pour notre économie

UNE SAGA INDUSTRIELLE

Pour Andros, tout commence au cœur des Trente Glorieuses. En 1959, Jean Gervoson et son ami Pierre Chapoulart créent une entreprise à Biars-sur-Cère (Lot). Les deux entrepreneurs récupèrent les prunes invendues chez le beau-père de Jean Gervoson, un marchand de fruits, pour faire de la confiture. L’entreprise familiale accède à la rentabilité dans les années 60. Tout bascule en 1971 lorsque Gervoson et sa compagne mettent sur le marché une marmelade estampillée « Bonne Maman ». Le succès est tel que la marque s’exporte aux États-Unis ! Le groupe déploie sa nouvelle marque phare dans une centaine de pays. Six ans plus tard, en 1976, Andros s’offre la marque Pierrot Gourmand.

L’autre marque iconique d’Andros, Mamie Nova, rentrera, quant à elle, dans son escarcelle au début des années 90 par le truchement d’une alliance industrielle avec l’entreprise bretonne Even. Durant les années suivantes, le père et le fils Gervoson ont adopté une stratégie reposant sur la croissance externe en rachetant des marques, comme les biscuits Saint-Michel en 2006. En 1997, le groupe Andros se diversifie avec le lancement des biscuits Bonne Maman. Aujourd’hui, Andros est leader sur la confiture et les compotes réfrigérées. Le capitaine d’industrie Jean Gervoson a réussi son pari. Mieux : la famille fondatrice détient toujours 100% du groupe fondé il y a 64 ans.

LA FORCE DU FRUIT

Après 54 ans passés à la tête de son groupe, Jean Gervoson a lâché les rênes en 2000. Ses deux fils, Frédéric Gervoson et Xavier Gervoson, ont alors pris la tête d’Andros. Au moment de la transmission, Andros possédait 11 usines et son chiffre d’affaires était de 750 millions d’euros. Deux décennies plus tard, le chiffre d’affaires a atteint la barre des 3 milliards d’euros pour 46 usines et 10 000 salariés.

Au fil des années, Andros, dont le siège social est toujours à Biars-sur-Cère, est devenu un fabricant international de marmelades, de jus de fruit et de desserts, qui possède des usines dans une vingtaine de pays. Un petit exploit, car le secteur est en souffrance, comme en témoigne le placement en redressement judiciaire du voisin, le groupe Lucien Georgelin (73,3 millions d’euros de CA), n°2 français de la confiture, et qui a été lâché par certains de ses banquiers, malgré un endettement record de 45 millions d’euros.

À lire Ruptures conventionnelles… ou pas très conventionnelles ?

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION AU POUVOIR

Pour affronter un environnement de plus en plus incertain, l’entreprise a fait un choix radical. C’est désormais un duo de trentenaires qui préside aux destinées du groupe agroalimentaire lotois : Maxime Gervoson (35 ans), en tant que directeur général France et Export, et Florian Delmas (37 ans), nommé président d’Andros en 2022, ce qui en fait l’un des plus jeunes dirigeants d’un grand groupe industriel français. Ce dernier, diplômé d’HEC et membre du programme « Young Leaders » de la French American Foundation, était devenu directeur général d’Andros France à seulement… 29 ans.

Le père de Maxime, Frédéric Gervoson (70 ans), représentant des actionnaires familiaux à la tête d’une fortune évaluée à 1,5 milliards d’euros (75ème fortune française), hérite de la présidence du conseil de surveillance d’Andros & Cie.

UN MODÈLE D’ENTREPRISE FAMILIALE

Ce rajeunissement au sommet s’accompagne d’autres changements. Début 2023, cinq membres de la famille Gervoson — des petits-enfants des deux pères fondateurs de l’empire Andros — ont pris place au sein du conseil de surveillance. Que révèlent ces mouvements ? Tout simplement l’arrivée d’une nouvelle génération au pouvoir pour conserver le contrôle familial sur le groupe. Et pérenniser l’héritage de l’une des plus belles sagas industrielles françaises, à l’instar de Lactalis ou Bel. Il nous en faut d’autres !

Victor Cazale


Vous aimez ? Partagez !


Entreprendre est un média indépendant. Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités :

3 commentaires sur « Andros : comment le leader français de la confiture est devenu un géant de l’agroalimentaire »

  1. Pierre Chapoulart n était pas l ami de Jean Gervoson mais son beau frère puisqu’ il avait épousé Suzanne Chapoulart qui n était pas sa compagne mais son épouse. Il a donc fait évoluer les Ets Chapoulart de pierre chapoulart en SA Andros en en prenant la Direction. Sinon bravo pour votre article qui est assez fidèle à la réalité.

    Répondre

Publiez un commentaire

Offre spéciale Entreprendre

15% de réduction sur votre abonnement

Découvrez nos formules d'abonnement en version Papier & Digital pour retrouver le meilleur d'Entreprendre :

Le premier magazine des entrepreneurs depuis 1984

Une rédaction indépendante

Les secrets de réussite des meilleurs entrepreneurs

Profitez de cette offre exclusive

Je m'abonne