Accueil > Savoir saisir les opportunités pour créer son entreprise ou son propre emploi

Savoir saisir les opportunités pour créer son entreprise ou son propre emploi

Entreprendre.fr

Des business gagnants pour créer sa boîte ou simplement son emploi, il en existe des milliers ! Mais avant de se pencher sur les meilleurs filons, faire un point sur les qualités à développer pour créer son entreprise s’impose.

Comment naissent tous ces projets ? Selon l’APCE, Agence pour la création d’entreprise : « Notre monde est en pleine mutation et cela risque de s'accélérer encore avec les autoroutes de l'information et le phénomène de la mondialisation. Les données de marketing se périment plus vite que par le passé : le comportement des consommateurs évolue rapidement, les principes de commercialisation et de distribution sont eux aussi en pleine évolution. Une telle période de changements et de remises en cause se révèle propice aux opportunités pour qui veut les détecter et les saisir. »

à lire aussi

 

Savoir saisir une opportunité

Pour cela, il faut se mettre  dans une disposition d'esprit favorable, se résumant à avoir esprit critique, curiosité intellectuelle et ouverture d'esprit.

- Avoir en permanence l’esprit critique

- Juger du bien-fondé des situations commerciales présentes, 

- Evaluer les réels mérites des positions acquises, 

- Percevoir les lacunes des systèmes établis, 

- Mettre en évidence les défauts et les imperfections des produits ou des services offerts, etc. 

- Repérer l'absence d'offre de solutions face à un besoin ressenti.


Avoir l’esprit critique, consiste, de manière concrète, à établir des constats et repérer, dans notre cadre professionnel et privé, tout ce qui pourrait être amélioré, tout ce qui nous complique la vie ! Ainsi, lorsque l’on procède à un achat, que l’on utilise un bien ou un service, il faut se demander : Est-ce le mieux, le plus efficace, le moins cher, le plus sûr, le plus pratique, le plus.. ? 

 

De nombreux nouveaux concepts de produits ou de services sont le fruit de ce genre de remise en cause ou de carence constatée dans l'offre par rapport aux problèmes rencontrés dans la vie. D’ailleurs, beaucoup de franchiseurs se sont contentés d'apporter une réponse qualitative, standardisée et rationalisée, là où le consommateur ne trouvait de la part de certains commerçants indépendants qu'une offre disparate, aléatoire et sujette à quelques craintes.

 

Ce réflexe permanent de remise en cause doit être audacieux pour sortir des schémas intellectuels communs et des habitudes, si soporifiques pour l'imagination.


Par ailleurs, il ne doit  pas avoir peur de remettre en cause ce qui est présenté comme la norme.

 

Attention cependant, avoir l'esprit critique ne veut pas dire que toute idée farfelue doit entraîner la création d'une entreprise. Méfiez-vous des « fausses bonnes idées » ! A  partir d'une idée, pouvant sembler saugrenue a priori, il faut  appliquer scrupuleusement la méthodologie de création d'une entreprise, dont la première démarche consiste à valider cette idée, notamment par des études de marché. Cette étape pourra conduire, le cas échéant, le créateur à renoncer à cette idée.  


- Faire preuve de curiosité intellectuelle  

Notre monde, à l’image des nouvelles technologies, change vite et est sans répit. Pour en saisir les opportunités encore faut-il rester en prise avec lui. Cela nécessite une disponibilité intellectuelle importante pour s'informer, analyser et comprendre ce qui se passe, anticiper, voire prédire certaines évolutions. Etre curieux de tout pour détecter les opportunités !

 

Passez du temps à lire la presse économique, à faire de la veille sur Internet, à rencontrer vos réseaux, à faire le tour des salons professionnels… Car une bonne idée pour en entraîner une autre et parfois c’est simplement en discutant qu’on se rend compte qu’un produit ou un service utile n’existe pas encore !

 

-  Posséder une grande ouverture d’esprit  

Savoir déceler des opportunités suppose enfin d’accepter les apports venant de l'extérieur, les savoir-faire ou pratiques différentes. Avoir une grande ouverture d'esprit c'est rester attentif aux façons de voir et de vivre des autres, surtout s'ils ne sont pas dans notre "cercle de sensibilité". 

 

C'est également être à l'écoute de ses interlocuteurs professionnels habituels : collègues de travail, clients, fournisseurs, en sachant susciter leurs confidences et leur vision des choses à propos de l'évolution de leur secteur d'activité (consommation, chaîne de la production, projets dans la profession, problèmes de commercialisation ou du service après-vente, etc...).

 

On peut parfois trouver, dans les autres économies nationales, des produits ou services susceptibles d’être transposées ou adaptées pour en faire un projet commercial en France. Un voyage ou des vacances à l'étranger seront des moments propices pour observer attentivement d'autres comportements, d'autres mœurs,  pour découvrir d'autres pratiques commerciales et d'autres produits. 

 

L'observation et l'analyse critique permettent d'ouvrir des perspectives d'activité lucrative.  Cette ouverture d'esprit s'applique également à la compréhension de ce qui se passe en France au sein de la population.  Certains segments de la société nous sont  mal connus en termes de styles de vie, de modes de consommation, de valeurs et peuvent présenter un  intérêt.  

 

La SOCIOVISION  et le CCA (Centre de Communication Avancée) publient périodiquement des travaux décrivant  les caractéristiques essentielles des comportements et le mode de vie de la société française. Le CREDOC dispose également d'enquêtes ou d'études dont certaines sont accessibles. 


Créer à partir d'une application nouvelle

Créer une entreprise à partir d'une "application nouvelle" consiste à utiliser une technique déjà diffusée, un savoir-faire répandu ou un produit existant en le transposant dans une autre activité, dans un nouveau contexte ou sur un marché différent ;
ou à produire, avec un processus industriel, ce qui relevait uniquement d'une facture artisanale ou inversement.

 

Attention : du fait du caractère innovant des applications nouvelles, la réaction  espérée de la part du consommateur n'est pas toujours certaine.

La période actuelle, empreinte d'une évolution sociologique rapide des valeurs et des modes de vie, conjuguée à un brassage de plus en plus important des populations et à la profusion des nouvelles technologies de l'information et de la communication, se révèle très  favorable à l'émergence d' "applications nouvelles". 

 

Où chercher les opportunités ?

Pour repérer une opportunité d'entreprise nouvelle, on peut exercer une vigilance constante dans trois domaines de prédilection : l'observation de la vie économique, l'observation du milieu professionnel, l'observation de la vie quotidienne. C’est ce que nous avons fait à la rédaction, pour vous proposer ces filons, qui, nous l’espérons, vous permettront de créer votre emploi et de réussir dans le monde du commerce et de l’économie.

 

Le problème du financement

Se lancer dans la création d’entreprise vient à l’esprit de nombreux candidats. Pour certains, il s’agit presque d’un appel, d’une vraie vocation, pour d’autres,  plutôt d’une lassitude par rapport à un travail. Beaucoup se découragent, car le besoin d’un apport financier fait reculer nombre de créateurs potentiels.

 

Les motivations pour changer d’orientation ou se lancer dans la création d’entreprise ne sont pas toujours des plus avouables. Il s’agit souvent d’une vraie confrontation avec la réalité. Ainsi, certains demandeurs d’emploi ne voient pas d’autre issue que de créer leur propre emploi, car il leur est impossible de trouver un emploi salarié. Les uns avouent aussi parfois ne pas parvenir à se plier à une hiérarchie, surtout chez les plus jeunes, d’autres veulent à tout prix garder une certaine liberté au niveau de leurs horaires, autant de raisons qui peuvent pousser à rechercher d’autres solutions que le salariat traditionnel.

 

Le bât qui blesse

Mais le facteur principal qui empêche une majorité de personnes de considérer l’idée même de se lancer est l’aspect financier. Sans apport, sans véritables économies sauf peut-être l’assurance vie qui est considérée comme la poire pour la soif, difficile de s’imaginer en créateur.

 

Pourtant, il ne faut pas toujours disposer de fonds importants pour se lancer, tout dépend bien entendu de l’ampleur du projet. Il est en effet possible de se lancer avec des sommes très modestes si l’objectif est par exemple de créer son propre emploi, dans un premier temps du moins.

 

Pour avoir un ordre d’idée :

 

Création de sites Internet

Voici une possibilité qui ne coûte quasiment rien, d’autant que l’on peut démarrer en tant qu’auto-entrepreneur : pas de capital, un ordinateur, un téléphone, il faut prévoir les moyens de prospection de sa clientèle et la possibilité de se rendre aux rendez-vous. Peu d’autres frais à vrai dire. Ici comme souvent, il est absolument nécessaire d’avoir un pécule permettant de vivre un temps donné avant que l’on ne puisse se verser un salaire. La prudence est d’avoir de 1 à 2 ans d’avance devant soi. Il faut donc faire la multiplication pour savoir de combien l’on a besoin, selon que l’on soit propriétaire, locataire, etc.

 

Les activités à domicile sont nombreuses 
Consultant, mais il peut aussi s’agir d’un diagnostiqueur immobilier (auquel cas, il faudra rajouter le coût des formations, un logiciel, quelques appareils, de la bureautique, soit environ 20 000 euros),  secrétariat à domicile, pigiste, photographe, traducteur, etc. Ce ne sont pas les exemples qui manquent.

 

Créer ou reprendre un commerce

Nous arrivons ici dans des zones où l’argent est effectivement un facteur important, car il faut soit acheter un pas-de-porte, voire trouver un lieu et le transformer, soit racheter l’affaire avec le pas-de-porte. Le montant dépend bien entendu du type d’affaires, de l’emplacement. Cela peut aller d’un investissement de 50 000 euros pour se lancer dans un petit snack dans une agglomération moyenne, pour aller jusqu’à des sommes à six chiffres.

 

Créer en franchise

La franchise n’est généralement pas plus chère dans le cas d’une création, elle l’est si l’on est déjà en activité puisqu’il faut parvenir à financer les droits d’entrée, les royalties et souvent la formation initiale. Dans le cas de la création, ce que l’on investit au départ permet de gagner du temps, car l’on bénéficie souvent d’un logiciel maison déjà au point, de techniques de vente, du merchandising, etc. Soit un investissement de départ assez élevé, à partir de 40 000 euros.

 

Dans tous les cas de création pure, il faut ajouter à l’investissement nécessaire en matériel ou en droits, le montant indispensable pour vivre au quotidien, seul ou en famille. Si le conjoint travaille, cela sera évidemment plus simple et plus sécurisant.

 

Dans le cadre d'une création d'entreprise, vous devez publier une annonce légale. Pour rédiger cette formalité, notre partenaire JAL vous accompagne au coût le plus bas.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :