Accueil > La French Tech tient-elle ses promesses ?

La French Tech tient-elle ses promesses ?

Entreprendre.fr

Lancée en novembre 2013 par Fleur Pellerin, alors ministre de l’Économie numérique, cette mobilisation des pouvoirs publics autour des jeunes pousses les plus prometteuses de l’Hexagone n’avait qu’un seul but : créer des Silicon Valley à la française et les promouvoir à l’international. La marque French Tech était née.

«Depuis 2 ans, nous constatons une accélération très forte de l’innovation en France», indique David Monteau, directeur du programme de la French Tech. Des ingénieurs de qualité, le désabusement d’une carrière dans un grand groupe, le développement du digital ont été des terreaux propices à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs.

 

«La France excelle particulièrement dans les mathématiques, les statistiques et les biotechnologies», assure-t-il. Ce n’est pas pour rien que l’écosystème français a été porté par les pouvoirs publics sur le devant de la scène. En 2014, la France a été classée 1ère en Europe par son nombre d’entreprises à très forte croissance* et occupe le 2ème rang pour l’investissement en capital-risque.

 

à lire aussi

 

D’ailleurs, les exemples de jeunes entreprises à forte croissance à la réussite exemplaire ne manquent pas : BlaBlaCar et sa levée de fonds de 100 M$, DBV coté au Nasdaq et Weezevent qui affiche la plus forte croissance en Europe, avec +43,03% en 5 ans.

Des pépites des objets connectés
Les stars de la high-tech de demain se retrouvent, chaque année, à Las Vegas au Consumer Electronics Show (CES). Le rendez-vous incontournable des acteurs de l’électronique grand public.

 

Les innovations des années à venir y sont dévoilées. Lors de l’édition 2016, qui s’est tenue du 6 au 9 janvier, la délégation française n’a pas eu à rougir de ses futures étoiles.

 

La Frech Tech a, en effet, été la 2ème délégation étrangère derrière la Chine et la 1ère européenne en nombre de jeunes pousses représentées, avec une progression de 65% par rapport à 2015. Cette année, Business France a amené au CES 22 pépites, sélectionnées par un jury, sur quelque 130 candidatures.

«Elles ont été choisies pour le caractère innovant de leurs produits, leur capacité à tirer tous les avantages d’une présence sur le CES et leur potentiel de réussite commerciale», déclare-t-on à Business France, qui vient de souffler sa première bougie.

 

Et cette année, c’est dans le monde des objets connectés que la French Tech a brillé. Plus de la moitié de ces jeunes pousses proposent des applications directement dans ce secteur :

- Bluemint Labs, premier compagnon personnel qui permet d’interagir avec son smartphone ou sa tablette lorsque les mains sont occupées ;

- C-Way qui développe le premier bracelet de géolocalisation pour les enfants ;

- Feet Me et ses semelles connectées à des capteurs de pression ;

- Immersit et son canapé dynamique faisant ressentir tout ce qui se passe à l’écran.

 

Toutes de prometteuses pépites. Pour elles, la French Tech est l’assurance, en plus d’une visibilité internationale, d’un vrai coup de pouce financier : un fonds d’investissement de 200 M€ est destiné à cofinancer des accélérateurs de jeunes pousses, sans compter les 15 M€ investis depuis 2015 pour renforcer le rayonnement international du secteur.

 

«Ce rayonnement international permet à ces jeunes pousses de trouver facilement des investisseurs étrangers en cofinancement », affirme David Monteau. Car c’est désormais un fait incontestable : «La France est maintenant légitime pour compter sur la scène internationale de l’innovation». Reste à transformer en réussites industrielles !


NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
23/03/2017
Excellent ! Quand la #startup @houzfinder s'attaque aux commissions exorbitantes des agences immobilères… https://t.co/yBf3Hj5BIU
23/03/2017
RT @SNCFDev: [#AppelACandidatures
23/03/2017
RT @glenaour: RT @Entreprendre: Élection présidentielle : qu'attendent les entrepreneurs ? https://t.co/2fYy9ABxR1
https://t.co/xNKN5KN7xa
23/03/2017
Qu'apporte vraiment BPIfrance à notre économie ? https://t.co/vJ74IJwxjn https://t.co/aZCi2flXU2
23/03/2017
E-commerce : fini le multicanal, voici l'ère de l'omnicanal ! https://t.co/z1xSVHb1z2 https://t.co/QdVb52lcbk
23/03/2017
Foodtech : nos start-up ont-elles les yeux plus gros que le ventre ? https://t.co/945VgUZKXY https://t.co/4oyHFFxenw
23/03/2017
E-commerce : comment vendre aux Chinois ? https://t.co/HEgSSHZzYW https://t.co/b9atIWSvI1
23/03/2017
Une pétition exige le remboursement des 16M€ récoltés lors de la primaire de droite et du centre… https://t.co/KDp9ru54rP
23/03/2017
Resto In, le pionnier de la livraison https://t.co/YYeauNizcE https://t.co/gF8247MKpI
23/03/2017
RT @SNCFDev: SNCF Développement travaille avec @earlymetrics pour détecter les #innovations les plus prometteuses https://t.co/zeTtHLcVpq #…
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :