Accueil > Investisseurs : qui sont les business angels français ?

Investisseurs : qui sont les business angels français ?

Entreprendre.fr

Il existe en France des chefs d’entreprises et des managers engagés qui n’hésitent pas à  consacrer du temps et de l’argent pour financer des jeunes pousses comme des sociétés en devenir. Qui sont ces investisseurs privés qui prennent des risquent pour accompagner les managers et les créateurs d’emplois de demain ?

Les levées de fonds existent depuis longtemps déjà dans le monde de l’entreprise. Mais en 2015, et depuis l’arrivée de la nouvelle économie et du numérique, elles ont pris un tout nouvel essor. Envisager un financement extérieur non bancaire auprès d’investisseurs dans le cadre d’une levée de fonds est devenu courant pour de jeunes sociétés à fort capital de croissance.

 

Non, être présent sur les réseaux ne s'improvise pas !http://www.macondomedia.fr/blog/2015/12/11/poour-une-entreprise-etre-present-sur-les-reseaux-sociaux-ne-simprovise-pas/

Posté par Macondo Media 


Le principe de la levée de fonds

La levée de fonds concerne les projets à fort potentiel de développement à 3-5  ans. Il s’agit de projets nécessitant de la recherche et développement pour développer un produit, du temps pour se développer commercialement,  et des investissements conséquents et des revenus décalés dans le temps. En fonction de la phase de croissance de l’entreprise et de ses besoins, le financement via une levée de fonds prendra des formes différentes :

 

- le capital amorçage pour financer le démarrage de l’activité et ses premiers besoins ;

- le capital développement pour financer le développement de l’entreprise et l’accélération de sa croissance.

 

à lire aussi


Quel que soit l’objet de la levée de fonds, le principe est que des investisseurs réalisent une prise de participation au capital de la société. Ainsi, pour collecter des fonds, la jeune pousse émet des titres de sa société et les vend à des investisseurs. Ces titres seront affectés au capital de la société et serviront à financer son besoin de développement.

 

Ces investisseurs sont des business angels, des capital-risqueurs, ou des fonds d’amorçage, qui investissent dans des entreprises innovantes en création ou dans des start-up à fort potentiel de croissance. L’objectif, pour eux, est la réalisation de plus-values à court terme (cinq ans par exemple). Les business angels interviennent généralement sur des montants compris entre 50 000 et 500 000 euros, et les capital-risqueurs sur des montants plus élevés.

 

À la suite de la levée de fonds, les investisseurs deviennent actionnaires de la société. À ce titre, ils participent aux assemblées générales et disposent des droits prévus par les statuts de l’entreprise ou par le pacte d’actionnaires, notamment en matière de distribution des bénéfices de l’entreprise. Ce partage est souvent à hauteur du pourcentage du capital détenu.

 

Qui sont ces investisseurs ?

Selon la maturité du projet les investisseurs participant à la levée de fonds ne seront pas les mêmes, on trouvera :


- Les fonds d’amorçage : ils interviennent avant ou conjointement aux Business Angels. Ils participent aux premiers tours de table et financent le démarrage de l’entreprise. Il s’agit souvent de la première aide financière que reçoivent les jeunes entreprises.

 

- Les Business Angels : ce sont des personnes physiques qui investissent leur argent personnel sur des montants souvent peu élevés et interviennent tôt dans le projet d’entreprise, généralement entre l’apport du fondateur et ses proches (le Love money) et l’arrivée plus massive de fonds.

 

- Les investisseurs en capital-risque : ils investissent l’argent des autres par l’intermédiaire d’un fonds, sur des montants souvent très élevés. Ils interviennent généralement plus tard, quand le projet est à un stade plus avancé et recherchent un retour sur investissement élevé, au moins 10 fois la mise initiale.

 

- Les fonds de capital développement : ces fonds financent des entreprises en forte croissance, déjà bien développées, dégagent une rentabilité intéressante et qui ont besoin de fonds très importants pour poursuivre leur croissance.

 

Les anges économiques au sommet

Parmi tous ces investisseurs possibles, les Business Angels sont particulièrement actifs en France. Un Business Angel est une personne physique qui investit une part de son patrimoine dans une entreprise innovante à potentiel et qui, en plus de son argent, met gratuitement à disposition de l'entrepreneur, ses compétences, son expérience, ses réseaux relationnels et une partie de son temps.

 

Chaque Business Angel a un profil spécifique mais un grand nombre d'investisseurs se rassemblent autour de 3 profils principaux :

 

- L'ancien chef d'entreprise ou le cadre supérieur qui a un certain patrimoine et qui est en mesure d'investir entre 5 000 et 200 000 euros par an;

- L'entrepreneur qui a précédemment créé son entreprise, l'a revendue quelques années plus tard et qui peut investir des montants entre 50 000 et 500 000 euros. Ce type de Business Angels, quoiqu'en plus petit nombre, a tendance à se développer;

- Le membre d'un "family office" (regroupement d'investisseurs membres d'une même famille). 

L'investissement dans une société innovante en création comporte généralement un très fort risque : ce risque est proportionnel au gain potentiel en capital qui peut se révéler très important. Néanmoins le risque étant important, le Business Angel doit rester prudent dans sa capacité d'investissement et ne doit pas se mettre, ou mettre sa famille, en danger en investissant plus de 5 à 10% de son capital.

 

Dans la plupart des cas, le Business Angel est plus âgé que l'entrepreneur. Il peut donc lui apporter les compétences acquises au cours de sa carrière professionnelle. C’est souvent un ancien cadre, il apporte donc son expertise technique à l'entrepreneur. Il lui permet de relativiser et d'appréhender le court terme.

 

Si le Business Angel est lui-même un ancien créateur d'entreprise, l'apport de son expérience est alors double. Chacun possède son faisceau de relations qui peut apporter notoriété et crédibilité au projet. Ces divers réseaux offrent la possibilité d'ouvrir des portes, qu'elles soient financières, relationnelles ou encore politiques..

 

Des investissements conséquents

En 2014, les 4 500 membres de France Angels, répartis dans 85 réseaux régionaux, ont investi 45 millions d'euros dans 350 entreprises. Soit deux fois plus qu'il y a cinq ans, mais les business angels ne s'intéressent qu'à un certain type d'entreprise : Des sociétés avec pas ou peu de chiffre d'affaires et qui offrent une innovation laissant espérer une croissance forte. Les tickets sont généralement de 100 000 à 150 000 euros, une somme qui peut être triplée avec le concours de co-investisseurs.

 

D’autres investisseurs privés choisissent plutôt, à titre privé, la voie du crowdfunding pour participer au financement d’entreprises à fort potentiel de croissance. Les plates-formes de crowdfunding, autrement dit de financement participatif, permettent en 2015 aux internautes d'investir en un clic.

 

Jusqu'à présent en effet, la législation maintenait ses plateformes dans une véritable zone grise juridique, pour ce qui est du prêt et de "l'equity". Leur bonne santé ouvre pourtant de sacrées perspectives : elles ont déjà collecté 27 millions d'euros en 2012, 78 millions en 2013 et 250 millions en 2014. Ulule, KissKissBankBank, Anaxago, Wiseed et bien d’autres proposent différents types de financement : dons (pour prévendre un produit ou collecter de petites sommes), prêts, voire levées de fonds.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
19/01/2017
[#InboundMarketing] Hubspot présente l'étude de cas @MBandScott_ >> https://t.co/4I0m8Tb87t https://t.co/1axLM6VW5x
19/01/2017
Financement : Lever des fonds est un choix stratégique https://t.co/RrWgyq9PZg https://t.co/m4lsbyrNUP
19/01/2017
Management : la communication écrite doit devenir une priorité dans les entreprises https://t.co/szHxJF2hcF https://t.co/mM46cWN10n
19/01/2017
Qui se cache derrière le vin français dont raffole Francis Ford Coppola ? https://t.co/naNjIbM1mi https://t.co/4bweQG28Lr
19/01/2017
The Keepers, la consigne XXL https://t.co/3ZWXS9wTi2 https://t.co/0ySrCyWhpw
19/01/2017
Le leveur de fonds, un outil parmi d'autres ? https://t.co/tCkvlgu6qU
19/01/2017
“Il y a une vraie demande sur les vins à faible degré d'alcool” https://t.co/pofgnDHD1M https://t.co/oG5CLBwHEE
19/01/2017
Wistiki : l'application pour retrouver ses objets perdus fait un carton https://t.co/FwBac7imxM https://t.co/B42wPajuIp
19/01/2017
Comment combiner #growthhacking et #design ? https://t.co/lfEHR8tvOE #Airbnb https://t.co/tm3qbZcnFQ
19/01/2017
illiCO travaux, l'agitateur de la rénovation https://t.co/kYeuqEE4qU
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :