Accueil > Instagram, Waze, Sparrow : dans la tête des créateurs d'applis

Instagram, Waze, Sparrow : dans la tête des créateurs d'applis

Entreprendre.fr

Ils sont des centaines en France ces créateurs qui rêvent de devenir millionnaires avec une appli. Oui, mais pour y arriver, il faut être présent au bon moment, avec une idée qui révolutionne un secteur.

 

Souvent ingénieurs de formation, les créateurs d’applications sont nombreux à inventer de nouvelles technologies, mais beaucoup moins à parvenir au succès. Avant de toucher le jackpot, c’est souvent un véritable parcours du combattant qu’il faut vivre et endurer. Pourtant, des entrepreneurs aujourd’hui célèbres ont montré la voie avec brio en démarrant avec une toute petite start-up.

 

Kevin Systrom : la folle épopée d’Instagram

Kevin Systrom n’a que 25 ans lorsqu’il fonde Instagram en 2010. Son idée : créer un réseau social où l’on pourrait partager facilement des photos entre amis. Avec l’aide de Mike Krieger, développeur de talent, il se lance sur iPhone et devient même l’application Apple de l’année 2011. Facebook rachète l’appli et l’équipe pour la modique somme de 715 millions de dollars ! On connaît la suite et le développement mondial du réseau.

 

Uri Levine : l’idée brillante de Waze

Uri Levine est à l’origine de Waze, une application gratuite de guidage GPS et d’information trafic pour iPhone et Android. En à peine quatre ans, Waze a réussi à réunir 50 millions d’utilisateurs qui améliorent eux-mêmes l’application en temps réel. Google rachète l’entreprise pour 1,3 milliard de dollars, un record à cette époque !

 

Dominique Leca : le destin magique de Sparrow

Créée en 2010 par Dominique Leca, jeune diplômé d’HEC de 27 ans, et Hoa Dinh Viet, ingénieur chargé du développement de l’application, Sparrow connaît un rapide succès avec son logiciel de messagerie qui arrive à conquérir plus de 150 000 utilisateurs réguliers. Un an après, la start-up parisienne affiche déjà un chiffre d’affaires de 750 000 euros. En mars 2012, la start-up s’attaque à l’iPhone et c’est le raz-de-marée. Quelques mois plus tard, Google absorbe la jeune startup pour un montant estimé à 15 millions d’euros.

 

Des tops pour combien de flops

 

Si ces exemples célèbres de succès font rêver, il ne faut pas oublier que dans le monde des créateurs d’applis, il y a très peu de gagnants pour un maximum de perdants. Selon une étude de StarDust, plus de 60 % des applis qui sont lancées n’ont jamais reçu la moindre mise à jour ni dépassé les dix commentaires. Bref, elles sont mortes avant même d’avoir pu connaître le moindre développement. Et quand on se lance sur ce marché, une autre question a toute son importance : lancer une application gratuite financée par des bandeaux publicitaires, ou payante au risque de ne pas être souvent téléchargée ? Il va s’en dire que les annonceurs ne voient pour leur part que le nombre de téléchargements, que l’appli soit monétisée ou pas.

 

Les données : l’or noir des applis

Si les GAFA se ruent désormais sur les créateurs d’applis partout dans le monde, c’est que le vrai business n’est pas forcément celui qu’on croit. Non, l’or noir du secteur, c’est l’exploitation des données personnelles (big data). Car derrière chaque appli se cache des milliers, voire des millions d’utilisateurs, et avec eux des millions, voire des milliards de données qui peuvent être archivées, exploitées, utilisées, vendues au marketing et à la publicité. Et c’est là que réside le vrai succès des applis qui marchent dans le monde entier. C’est pourquoi la quasi-totalité des applications exigent aujourd’hui d’avoir accès à votre carnet d’adresses, à votre historique de navigation, à votre géolocalisation, à vos photos, bref, à toutes les informations qui sont contenues dans le smartphone de l’usager, sinon l’installation lui est refusée ou impossible.

 

Trouver des investisseurs

Vous l’aurez compris, le business des applis en France comme dans le monde va bien plus loin que le fait d’offrir un service inédit et innovant à un utilisateur de smartphone ou de tablette. Quand on pense avoir trouvé l’idée en or, ou du moins du moment, dans ce secteur au coeur de la révolution technologique du XXIe siècle, il faut impérativement s’entourer des meilleurs développeurs et des experts les plus pointus du Big Data pour espérer faire fortune. Mais pour cela, il faut trouver rapidement des investisseurs qui croient en votre projet, car sinon vous n’aurez pas les moyens de financer ni votre R&D, ni votre stratégie de croissance. A bon entendeur…

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :