Accueil > Comment changer de métier ?

Comment changer de métier ?

Entreprendre.fr

Le travail occupe une grande partie de notre existence. Il peut procurer beaucoup de plaisir, mais aussi engendrer de la souffrance. Car quel que soit notre métier choisi ou subi, il nous sert à gagner notre propre estime et notre vie, à nous dépasser et à survivre. Quand tous les paramètres du bien-être au travail ne sont pas réunis, pourquoi ne pas envisager de changer de job ?

Notre histoire personnelle est déterminante dans le choix d'une activité, et dans l'échec ou la réussite de nos projets. Les questions qui nous taraudent sont nombreuses : combien je vaux ? N'ai-je pas raté une vocation ? À quoi bon m'épuiser pour si peu de reconnaissance ? Comment vivons-nous les rapports hiérarchiques, quels comportements nous nuisent, comment rester honnête avec nous-même et prendre conscience de nos vraies priorités ?

 

à lire aussi

 

Une nouvelle orientation professionnelle

 57 % des salariés français ont changé d'orientation professionnelle au cours de leur carrière. Si 83 % envisagent la reconversion professionnelle en cas de licenciement, 66 % des personnes interrogées disent néanmoins avoir peur de ne pas décrocher de nouveau poste. Refaire sa vie passe souvent en effet par un changement y compris sur le plan du travail.

Il y a mille et une manières de changer de vie.

 

Créer son entreprise et changer de métier, voici qui n’est pas courant, car la majorité des créateurs investissent sur leur expérience et sur les compétences acquises soit pendant leurs études, soit pendant leurs années de vie professionnelle. Il existe cependant des exceptions. Il arrive plus fréquemment que l’on ne croit que l’envie de se lancer vienne d’une compétence encore non exploitée à ce jour, ou tout simplement d’une opportunité.

 

Un challenge difficile

La création d’entreprise est plus facile que par le passé, il n’empêche que cela reste assez complexe la plupart du temps et que la vie est assez dure pour les entrepreneurs. Choisir en plus de changer de métier peut s’avérer quasiment impossible.

 

C’est la raison pour laquelle, certains de ceux qui partent dans cette voie disposent d’un autre revenu, le temps de voir si tout se passe correctement, ou ont les moyens financiers personnels de pouvoir attendre le temps que cela aille mieux. Il est aussi possible de se lancer avec des associés, un autre type de défis, qui permet quand même de partager les risques et les responsabilités.

 

Quasiment tous ceux qui se lancent dans un autre métier le font suite à une formation. Ils ont parfois suivi cet apprentissage il y a des années et l’ont mis de côté en prenant un autre emploi pour décider finalement d’y revenir, ou ils s’intéressent à un secteur et décident de suivre une formation, voire des études permettant une mise ou remise à niveau.

 

Des motivations puissantes

 On peut le constater dans les exemples ci-dessous mais aussi chez des personnes autour de soi, l’envie de faire autre chose est courante et diffère en fonction des individus :

 

- Une envie ancienne qui revient en force, souvent suite à une insatisfaction ou à une rupture professionnelle mais aussi privée. L’occasion de faire un bilan de vie.

-  Une passion récente pour un autre métier qui correspond à un goût personnel : gastronomie, peinture, création de bijoux, goût pour les desserts ou la mode…

-  Un accident de la vie, comme une rupture de contrat, la difficulté à en trouver un autre ou une fermeture de société.

 

Mais finalement, quelles que soient les circonstances, c’est clairement l’envie d’indépendance et de découverte d’une autre vie qui prédomine. Parfois en solo, ou avec la réassurance du salaire d’un conjoint qui travaille, peu importe, la liberté est parfois la plus forte.

 

Philippe Valle : de visiteur médical à directeur de maison de retraite

Grâce à un Congé individuel de formation, Philippe Valle a changé de métier et pris du galon. Pour devenir directeur de maison de retraite, il n'a pas hésité à reprendre ses études.

Il explique : « Je travaillais comme visiteur médical, mais les relations s'étaient détériorées avec l'un de mes supérieurs. L'ambiance de travail était loin d'être au beau fixe et je sentais qu'un licenciement pourrait arriver. De plus, depuis quelques années, j'étais intéressé par le monde des maisons de retraite, que je visitais régulièrement dans le cadre de mon métier. Un directeur d'établissement m'a alors conseillé de suivre une formation en gestion afin de pouvoir devenir à mon tour directeur. J'ai donc demandé en février 2006 un Congé Individuel de Formation pour une licence en gestion, qui m'a été accordé de septembre 2006 à septembre 2007 et j’ai repris mes études pour y arriver. »

 

Gaëlle Salaun :  de caissière à peintre en bâtiment

Gaëlle a fait pas mal de boulots avant de trouver sa voie : Secrétaire comptable, assistante commerciale dans l’immobilier, période de chômage, hôtesse de caisse dans la grande distribution…

Elle raconte : « J’ai eu le déclic en 2008. Je ne voulais pas être caissière toute ma vie. Sur internet, j’ai regardé les métiers qui vont embaucher. J’aimais bien faire des petits travaux de déco à la maison. La peinture particulièrement. J’obtiens une formation de six mois avec le Fongecif. Mon patron de l’époque était d’accord. Je pouvais encore prendre une année de congé sans soldes après la formation. Sécurisant, mais je n’en ai pas eu besoin car j’ai obtenu mon diplôme. Et deux jours plus tard, je signe mon premier CDD de peintre en bâtiment à Saint-Renan. Je suis toujours dans cette société, en CDI, et je suis heureuse car j’ai découvert un monde sans routine où je  côtoie des gens différents. »

 

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :